bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses

P.S. - Rappelez-moi au souvenir de Madame de Rosemonde, que j'aime toujours autant qu'elle le mérite.

De.., ce 11 août 17**.

LETTRE X

LA MARQUISE DE MERTEUIL

AU VICOMTE DE VALMONT

Me boudez-vous, Vicomte? ou bien êtes-vous mort? ou, ce qui y ressemblerait beaucoup, ne vivez-vous
plus que pour votre Présidente? Cette femme, qui vous a rendu les illusions de la jeunesse, vous en

rendra bientôt aussi les ridicules préjugés.

Déjà vous voilà timide et esclave; autant vaudrait être amoureux. vous renoncez à vos heureuses
témérités. vous voilà donc vous conduisant sans principes, et donnant tout au hasard, ou plutôt au

caprice. Ne vous souvient-il plus que l'amour est, comme la médecine, seulement l'art d'aider à la Nature?

Vous voyez que je vous bats avec vos armes: mais je n'en prendrai pas d'orgueil; car c'est bien battre un

homme à terre. Il faut qu'elle se donne, me dites-vous: eh! sans doute, il le faut; aussi se donnera-t-elle

comme les autres, avec cette différence que ce sera de mauvaise grâce. Mais, pour qu'elle finisse par se

donner, le vrai moyen est de commencer par la prendre. Que cette ridicule distinction est bien un vrai

déraisonnement de l'amour! Je dis l'amour; car vous êtes amoureux.

Vous parler autrement, ce serait vous trahir; ce serait vous cacher votre mal. Dites-moi donc, amant
langoureux, ces femmes que vous avez eues, croyez-vous les avoir violées? Mais, quelque envie qu'on ait

de se donner, quelque pressée que l'on en soit, encore faut-il un prétexte; et y en a-t-il de plus commode

pour nous, que celui qui nous donne l'air de céder à la force? Pour moi, je l'avoue, une des choses qui me

flattent le plus, est une attaque vive et bien faite, où tout se succède avec ordre quoique avec rapidité; qui

ne nous met jamais dans ce pénible embarras de réparer nous-mêmes une gaucherie dont au contraire

nous aurions dû profiter; qui sait garder l'air de la violence jusque dans les choses que nous accordons, et

flatter avec adresse nos deux passions favorites, la gloire de la défense et le plaisir de la défaite. Je

conviens que ce talent, plus rare que l'on ne croit, m'a toujours fait plaisir, même alors qu'il ne m'a pas

séduite, et que quelquefois il m'est arrivé de me rendre, uniquement comme récompense. Telle dans nos

anciens Tournois, la Beauté donnait le prix de la valeur et de l'adresse.

Mais vous, vous qui n'êtes plus vous, vous vous conduisez comme si vous aviez peur de réussir. Eh!
depuis quand voyagez-vous à petites journées et par des chemins de traverse? Mon ami, quand on veut

arriver, des chevaux de poste et la grande route!

Mais laissons ce sujet, qui me donne d'autant plus d'humeur, qu'il me prive du plaisir de vous voir. Au
moins écrivez-moi plus souvent que vous ne faites, et mettez-moi au courant de vos progrès. Savez-vous

que voilà plus de quinze jours que cette ridicule aventure vous occupe, et que vous négligez tout le

monde?

< page précédente | 16 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.