bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Choderlos de Laclos - Les Liaisons dangereuses

de ce qu'il lui en coûtera pour le tenter. Elle est loin de penser qu'en plaidant, pour parler comme elle,
pour les infortunées que j'ai perdues, elle parle d'avance dans sa propre cause. Cette idée me vint hier au

milieu d'un de ses sermons, et je ne pus me refuser au plaisir de l'interrompre, pour l'assurer qu'elle

parlait comme un prophète.

Adieu, ma très belle amie. vous voyez que je ne suis pas perdu sans ressource.

P.-S. - À propos, ce pauvre Chevalier, s'est-il tué de désespoir? En vérité, vous êtes cent fois plus
mauvais sujet que moi, et vous m'humilieriez si j'avais de l'amour-propre.

Du Château de... ce 9 août 17**.

LETTRE VII

CÉCILE DE VOLANGES

À SOPHIE CARNAY

Si je ne t'ai rien dit de mon mariage, c'est que je ne suis pas plus instruite que le premier jour. Je
m'accoutume à n'y plus penser et je me trouve assez bien de mon genre de vie. J'étudie beaucoup mon

chant et ma harpe; il me semble que je les aime mieux depuis que je n'ai plus de Maîtres, ou plutôt c'est

que j'en ai un meilleur. M. le Chevalier Danceny, ce Monsieur dont je t'ai parlé, et avec qui j'ai chanté

chez Madame de Merteuil, a la complaisance de venir ici tous les jours, et de chanter avec moi des

heures entières. Il est extrêmement aimable. Il chante comme un Ange, et compose de très jolis airs dont

il fait aussi les paroles. C'est bien dommage qu'il soit Chevalier de Malte! Il me semble que s'il se

mariait, sa femme serait bien heureuse... Il a une douceur charmante. Il n'a jamais l'air de faire un

compliment, et pourtant tout ce qu'il dit flatte. Il me reprend sans cesse, tant sur la musique que sur autre

chose: mais il mêle à ses critiques tant d'intérêt et de gaieté, qu'il est impossible de ne pas lui en savoir

gré. Seulement quand il vous regarde, il a l'air de vous dire quelque chose d'obligeant. Il joint à tout cela

d'être très complaisant. Par exemple, hier, il était prié d'un grand concert; il a préféré de rester toute la

soirée chez Maman. Cela m'a fait bien plaisir; car quand il n'y est pas, personne ne me parle, et je

m'ennuie: au lieu que quand il y est, nous chantons et nous causons ensemble. Il a toujours quelque chose

à me dire. Lui et Madame de Merteuil sont les deux seules personnes que je trouve aimables. Mais adieu,

ma chère amie: j'ai promis que je saurais pour aujourd'hui une ariette dont l'accompagnement est très

difficile, et je ne veux pas manquer de parole. Je vais me remettre à l'étude jusqu'à ce qu'il vienne.

De... ce 7 août 17**.

LETTRE VIII

< page précédente | 13 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.