bibliotheq.net - littérature française
 

Charles Perrault - Contes

qu'elle ne pouvait épouser le prince sans le consentement du roi son père : aussi fut-il le premier à qui on
envoya une invitation, sans lui dire quelle était l'épousée ; la fée des Lilas, qui présidait à tout, comme de

raison, l'avait exigé, à cause des conséquences. Il vint des rois de tous les pays : les uns en chaise à

porteurs, d'autres en cabriolet ; de plus éloignés, montés sur des éléphants, sur des tigres, sur des aigles ;

mais le plus magnifique et le plus puissant fut le père de l'infante, qui heureusement avait oublié son

amour déréglé, et avait épousé une reine veuve, fort belle, dont il n'avait point eu d'enfant. L'infante

courut au-devant de lui ; il la reconnut aussitôt, et l'embrassa avec une grande tendresse, avant qu'elle eût

le temps de se jeter à ses genoux. Le roi et la reine lui présentèrent leur fils, qu'il combla d'amitiés. Les

noces se firent avec toute la pompe imaginable. Les jeunes époux, peu sensibles à ces magnificences, ne

virent et ne regardèrent qu'eux.

Le roi, père du prince, fit couronner son fils ce même jour, et, lui baisant la main, le plaça sur son trône,
malgré la résistance de ce fils si bien né : il lui fallut obéir. Les fêtes de cet illustre mariage durèrent près

de trois mois ; mais l'amour des deux époux durerait encore, tant ils s'aimaient, s'ils n'étaient pas morts

cent ans après.

LES FEES

II était une fois une veuve qui avait deux filles l'aînée lui ressemblait si fort d'humeur et de visage que,
qui la voyait, voyait la mère.

Elles étaient toutes deux si désagréables et si orgueilleuses, qu'on ne pouvait vivre avec elles.

La cadette, qui était le vrai portrait de son père pour la douceur et l'honnêteté, était avec cela une des plus
belles filles qu'on eût su voir.

Comme on aime naturellement son semblable, cette mère était folle de sa fille aînée et, en même temps
avait une aversion effroyable pour la cadette.

Elle la faisait manger à la cuisine et travailler sans cesse.

Il fallait, entre autres choses, que cette pauvre enfant allât, deux fois le jour, puiser de l'eau à une grande
demi-lieue du logis, et qu'elle en rapportât plein une grande cruche.

Un jour qu'elle était à cette fontaine, il vint à elle une pauvre femme qui la pria de lui donner à boire.

- Oui-da, ma bonne mère, dit cette belle fille, et rinçant aussitôt sa cruche, elle puisa de l'eau au plus bel
endroit de la fontaine et la lui présenta soutenant toujours la cruche, afin qu'elle bût plus aisément.

La bonne femme. ayant bu, lui dit :

- Vous êtes si belle, si bonne et si honnête, que je ne puis m'empêcher de vous faire un don ; car c'était
une fée qui avait pris la forme d'une pauvre femme de village, pour voir jusqu'où irait l'honnêteté de cette

jeune fille. Je vous donne pour don, poursuivit la fée, qu'a chaque parole que vous direz, il vous sortira de

la bouche ou une fleur, ou une pierre précieuse.

Lorsque cette belle fille arriva au logis, sa mère la gronda de revenir si tard de la fontaine.

- Je vous demande pardon, ma mère, dit cette pauvre fille, d'avoir tarde si longtemps ; et, en disant ces
mots, il lui sortit de la bouche deux roses, deux perles et deux gros diamants.

< page précédente | 34 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.