bibliotheq.net - littérature française
 

Charles de Rémusat - Abélard, I

considérer les noms de ces sortes d'assemblages ou d'unités factices, comme des noms collectifs, tels que
ceux de peuple, de troupeau, etc. En effet il faut l'union des parties de la maison pour

qu'il y ait maison ou vaisseau; tandis que, même séparées, les unités des collections conservent leur

propriété de former une collection. L'unité d'un homme qui réside à Paris et celle d'un homme qui

demeure à Rome forment un binaire. La pluralité des unités suffit pour faire un nombre, une réunion

d'hommes, pour faire un peuple, sans qu'il y ait besoin de l'union de combinaison. Celle-ci, au contraire,

est nécessaire pour former la maison et le navire, et même cette combinaison n'est pas indifférente; il n'y

en a qu'une qui constitue le navire ou la maison.

Ces extraits nous ont fait sortir de la dialectique pour entrer dans l'ontologie et même dans la physique.
Abélard ne se contente plus de discuter logiquement des idées; il s'efforce de retracer la génération des

choses. Pour le fond; il emprunte encore à son maître. Il suit la Physique d'Aristote, qu'il ne connaissait

pas, mais dont les principes se trouvent rappelés çà et là dans la Logique et dans les commentaires de

Boèce. Seulement, il porte dans son exposition une clarté et une méthode qui sont bien à lui, et c'est avec

des citations éparses qu'il a recomposé le système. Ce qui donne à ces passages un intérêt particulier,

c'est qu'ils sont en contradiction avec les opinions communément attribuées à notre auteur touchant les

universaux. Il nous y donne la génération réelle des genres et des espèces. Ici point de trace de

conceptualisme, ni de nominalisme. Les genres et les espèces ne sont admis que pour les choses qui,

ayant une substance naturelle, procèdent de l'opération divine: ainsi les animaux, les métaux, les arbres,

et non pas les armées, les tribunaux, les nobles, etc. La distinction des genres et des espèces repose ainsi

sur des causes physiques. Elle est produite par ce mouvement de la substance qui interrompt l'identité et

fait succéder une nature essentielle à une autre. Du genre à l'espèce, ce mouvement se résout dans la

survenance de la différence; mais la différence est substantielle, et dans toutes les transitions d'un degré

ontologique à un autre, c'est une forme substantielle qui survient et qui agit comme cause altérante et

productrice. Il me semble que nous avons ici la physique des genres et des espèces; c'est, je crois, là du

réalisme. On pourrait dire que tout ce réalisme provient d'une seule idée qu'Abélard ajoute à la théorie de

la cause et du mouvement, dont il prend le fond dans Aristote: c'est l'idée de la création.

CHAPITRE VI. SUITE DE LA LOGIQUE D'ABÉLARD. - Dialectica, QUATRIÈME ET
CINQUIÈME PARTIES, OU LES SECONDS ANALYTIQUES ET LE LIVRE DE LA DIVISION ET

DE LA DÉFINITION.

Nous avons dit qu'Abélard ne connaissait pas les Seconds Analytiques d'Aristote. Lors donc que pour
copier en tout son maître, il a voulu donner le même titre à la quatrième partie de sa Dialectique, il n'a pu

traiter le même sujet, et au lieu d'écrire sur la démonstration, il s'est surtout occupé des matières

comprises dans le livre de Boèce sur le syllogisme hypothétique[503]. Rien de bien essentiel n'est à

remarquer dans cette partie; passons immédiatement à la cinquième, ou au Livre des divisions et des

définitions
. Ce livre correspond aux deux ouvrages de Boèce sur les mêmes matières, et dans la
Dialectique d'Abélard il tient la place des Arguments sophistiques, cette dernière partie de

l'Organon[504].

[Note 503: Dial., pars IV, De Propos. et Syll. hypoth. seu Anal. post., p. 434-449. - Boeth.
Op.
, De Syll. hyp., lib. II, p. 606.]

[Note 504: Dial., pars V, liber Divisionum et Definitionum, p. 450-497. - Boeth., De
Divis.
, p. 638. De Diffin., p. 648.]

«Le talent de diviser ou définir est non-seulement recommandé par la nécessité même de la science, mais

< page précédente | 202 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.