bibliotheq.net - littérature française
 

Charles R. Daoust - Cent-vingt jours de service actif

ovation fut faite au Col. Ouimet.

Cependant on ne pouvait attendre longtemps. Bientôt nous arrivons au Mile-End, puis à Hochelaga. De
cette dernière place à Montréal ce fut le commencement de l'ovation. Enfin le train arrête. Une foule

compacte se tient aux alentours de la gare. Nous serrons avec bonheur la main à plus d'un ami. Après

quelque difficulté nous nous mettons en rangs, et la marche commence. Ce que, nous ressentions en

voyant ces figures joyeuses qui nous saluaient de milliers de cris de joie et de bienvenue, en passant à

travers ces masses de concitoyens, est impossible à décrire.

Tous ont dû le sentir comme moi, mais je ne crois pas qu'un seul puisse le dépeindre. Enfin nous arrivons
à l'église Notre-Dame. Chacun est ému au plus profond du coeur et sent des larmes de reconnaissance lui

monter aux yeux. Notre compagnie marcha en avant jusqu'auprès de la chaire. Tout à coup, parmi cette

foule immense, mes yeux ont distingué une figure de femme. En un instant je la considérai de la tête aux

pieds. Elle avait les yeux remplis de larmes et était montée sur un banc pour voir. En m'apercevant, elle

se prit à trembler de tous ses membres et tomba à genoux. Je me jetai à son cou et je ne sais trop si je ne

fus pas obligé d'essuyer une larme en sentant ses lèvres froides sur mon front brûlant. C'était ma mère.

Elle était bien changée. Quelques mèches grises se mêlaient à ses cheveux autrefois d'un si beau noir, et

pour la première fois je vis quelques rides sillonner sa figure. Je ne sais trop ce qui se passa en moi alors;

mais à genoux tous deux, nous remerciâmes Dieu de notre réunion, ayant déjà oublié les dangers de la

route et les ennuis de l'absence.

Après le Te Deum, nous allâmes à la Salle d'Exercice, puis au marché Bonsecours où nous fumes
congédiés. La campagne était finie.

FIN DE LA DERNIÈRE PARTIE.

NOTES.

L'auteur a cru devoir ajouter à la fin de cet ouvrage quelques notes qui, croit-il, intéresseront le lecteur.
S'il y a mêlé quelques souvenirs personnels, le lecteur voudra bien ne pas y voir aucun orgueil de sa part,

maie croire qu'il ne l'a fait que pour compléter le récit historique de la campagne.

AVANT LE DÉPART.

On venait de recevoir à Montréal la nouvelle que Riel avait de nouveau soulevé les métis du Nord-Ouest
et plusieurs tribus indiennes, et l'excitation publique en vint à son comble le 28 mars, quand le 65ème

reçut l'ordre de se tenir prêt à partir dans l'espace de 48 heures. La dépêche qui transmettait cet ordre

avait été adressée au Col. Harwood, mais ce dernier étant en ce moment absent de la ville, ce ne fut que

tard dans la nuit que le Lieut.-Col. Hughes réussit à pouvoir s'en emparer et en apprendre le contenu.

Malgré l'heure avancée, une réunion des officiers du bataillon fut immédiatement convoquée et les

mesures nécessaires pour exécuter l'ordre du ministre de la milice prises le jour même.

En dépit des vaines bravades des bataillons de nationalité différente qui se trouvaient à Montréal, le
nombre des recrues augmentait de jour en jour et, le 1er avril, le bataillon était prêt à partir, avec un

contingent de 325 hommes.

Depuis plusieurs jours je me rendais tous les matins et tous les midis à la salle du marché Bonsecours où
les soldats faisaient l'exercice. Dès la première journée, un sentiment, que je ne pus d'abord m'expliquer à

moi-même, s'empara de moi et je me surprenais souvent le soir dans ma tranquille demeure à penser avec

envie aux grandes plaines de l'Ouest que je me figurais empestées de hordes ennemies. Chaque jour ce

< page précédente | 70 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.