bibliotheq.net - littérature française
 

Charles R. Daoust - Cent-vingt jours de service actif

au Fort et faisait son rapport. Le 24 juin, après être allé célébrer, avec le Col. Ouimet et d'autres officiers,
la fête nationale à St. Albert, il reçut la mission de transmettre aux différentes garnisons l'ordre du départ

qui venait d'arriver. Cet ordre parvenait au Fort Ethier le 25 au soir; le 27, les soldats étaient en route, et,

le 28 au midi, ils entraient dans Edmonton au milieu des cris de joie de leurs frères d'armes.

CHAPITRE V. FORT NORMANDEAU.

Si le lecteur se le rappelle bien, lorsque le bataillon gauche, en route pour Edmonton, passa à la Rivière
du Chevreuil Rouge, il laissa en ce dernier endroit vingt hommes de la compagnie No 8 sous le

commandement du Lieutenant J. E. Bédard Normandeau. C'était le premier détachement que l'on séparait

du corps du bataillon, et la douleur de cette séparation était d'autant plus cruelle qu'elle faisait présager

aux autres compagnies leur sort futur. Ce fut ce jour là même que les hommes comprirent la tâche qui

serait imposée au bataillon, et qui causerait son démembrement pendant toute la durée de la campagne.

La douleur fut d'autant plus forte qu'elle était imprévue. Les adieux se firent en silence et, le 1er de mai,
au moment où le bataillon gauche continuait sa marche vers le nord, la nouvelle garnison entra dans ses

quartiers.

La traverse du Chevreuil Rouge était un poste très-important. Il y avait en cet endroit plusieurs
habitations, entr'autres deux magasins et un bureau de poste.

La bâtisse qui devait servir de fort à la garnison était située à environ deux cents verges de la rivière sur
la rive sud, sur une éminence qui permettait d'examiner les environs dans un rayon de plusieurs milles et

qui, par sa position, rendait toute surprise impossible. Voici les noms de ceux qui composaient cette

garnison: Lt. J. E. Bédard Normandeau, commandant, sergents G. Duchesnay, A. Demers et A.

Riendeau; caporaux Jos. Gingre, J. Rivet, Jules Rupert et A. Lévesque; soldats, E. Leclerc, A. Leblanc,

N. Lamarche, C. Wilson, D. Francoeur, N. Sicard, A. Rousseau, N. Desmarteau, J. Viger, J. Trainer, M.

Carrigan, et N. Gervais.

Pendant tout le séjour de la compagnie No 8 à ce fort, il n'y eut qu'un incident remarquable. Quelques
chevaux avaient été volés par une bande de maraudeurs. Le Lt. Normandeau envoya immédiatement une

dizaine d'hommes faire la patrouille dans les alentours, et ils ramenèrent, le même soir, les animaux au

fort, après avoir fait une marche de dix milles dans la plaine.

Tout le reste du temps fut employé à la construction d'un fort qui peut à bon droit être mis au même rang
que ceux d'Edmonton ou de Battleford. Pendant six longues semaines, les hommes y travaillèrent et, vu

leur petit nombre, l'ouvrage était plus rude. A part le servant du commandant, le boulanger et le cuisinier,

il faut aussi compter les hommes de garde qui, au nombre de huit, montaient leur quart jour et nuit dans

deux postes assez éloignés l'un de l'autre. A cause de l'étrange position du Fort, et du danger que

présentait la rive nord comme point d'attaque de la part de l'ennemi, une tente de garde avait été levée sur

cette rive et un corps spécial y faisait sentinelle continuellement. L'autre poste était dans le Fort

lui-même. Il y avait si peu d'hommes, que ceux qui étaient relevés de garde le matin étaient forcés à être

de corvée l'après-midi. Ce surcroît de peine causa souvent des désagréments entre les soldats et leur

commandant, mais, ici comme ailleurs, et peut être plus qu'ailleurs, les soldats remplirent leur devoir.

Vers la fin de juin, les travaux étaient terminés. Le bâtiment principal avait été mis dans un état complet
de défense. Meurtrières, barricades etc., rien n'y manquait. Deux bastions avaient été construits sur la

façade même, et une tourelle avait été élevée à une cinquantaine de verges derrière le corps principal, à

égale distance des deux bastions.

< page précédente | 56 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.