bibliotheq.net - littérature française
 

Charles R. Daoust - Cent-vingt jours de service actif

Les autres compagnies campèrent en dehors du Fort en attendant les ordres du général.

FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE.

DEUXIÈME PARTIE. LE BATAILLON DROIT.

CHAPITRE I. D'EDMONTON A VICTORIA.

Vers les deux heures, le 5 mai après-midi, les compagnies Nos. 5 et 6 du 65e bataillon, accompagnées
d'un détachement de Police à cheval, se mirent en route pour Victoria, d'où elles devaient continuer

jusqu'à Fort Pitt quand les renforts promis seraient arrivés. C'était l'avant-garde. Le commandant de

l'expédition est le major Steele. Le capitaine Oswald commande la force montée. Le 65e bataillon est

sous le commandement du major Prévost; les compagnies 5 et 6 le représentent; la premiere est

commandée par le capitaine Villeneuve, assisté du lieutenant Lafontaine; la seconde par le capitaine

Giroux, assisté du lieutenant Robert. Le sous-lieutenant Mackay agit comme adjudant.

La journée fut très chaude. Après environ une heure de marche on dressa les tentes.

Le lendemain, 6 mai, le lever eut lieu à cinq heures et demie; départ à sept heures. La journée fut très
froide. Le vent du nord souffla continuellement. Tout le détachement était en voitures. Quand on arrêta

pour le lunch à une heure de l'après-midi on avait parcouru seize milles. Le capitaine Doherty qui

commandait la compagnie No. 7 stationnée au Fort Saskatchewan vint au camp faire une visite. Tout le

long du parcours, des terres bonnes et bien cultivées s'offrirent à la vue des soldats; de temps à autre une

modeste habitation variait la scène. On rencontre messieurs Brunelle et Chamberlain. Ceux-ci disent que

les Métis et les Sauvages ont le droit de leur côté, et qu'il faudra une armée de vingt mille hommes pour

abattre la rébellion. Les Métis sont trop avancés dans leur voie de révolte pour se retirer, leurs têtes et

celles de leurs chefs sont en jeu et ils sont disposés à vendre chèrement, leur vie.

La nuit fut très froide.

Le lendemain le réveil eut lieu à cinq heures; départ à sept heures et demie a.m. Le voyage se continue à
travers un pays de bois et de broussailles. On traverse à gué la rivière Éturgeon. A onze heures et quart

a.m., on arrête pour dîner. L'endroit choisi pour le camp était entouré de tous côtés par des broussailles;

l'eau était à peine potable, on la prenait dans un étang voisin. La journée fut assez belle mais un peu

froide. L'après-midi fut agréable. On fit l'exercice vers les trois heures Une bande de Sauvages Cris passe

près du camp et déclare que Gros-Ours a tout dévasté à Victoria et aux environs. Au souper les soldats

eurent de la viande fraîche; les officiers dégustèrent une soupe aux canards préparée par le capitaine

Giroux. La soirée et la nuit furent très froides.

Le réveil eut lieu à sept heures, vendredi matin. De neuf heures et demie à onze heures, exercice. Matinée
belle, mais fraîche. Départ à midi et demi. Pendant le trajet, on eut à passer à travers une forêt de bois de

bouleau très épaisse. A cinq heures et demie de l'après-midi on monta les tentes à trois cents verges de la

rivière Vermillon, dans un endroit magnifique appelé "l'Anse Profonde".

Ce jour là même l'aile droite commandée par le Lt.-Col. Hughes et composée des compagnies No. 3,
capitaine Bauset, lieut. Ostell, et No. 4, capitaine Roy, lieut. Hébert, dont l'état-major comprenait le

major Robert, l'adjudant Starnes, le quartier-maître LaRocque, l'assistant-chirurgien Simard et le Révd

Père Provost, quittait Edmonton pour rejoindre à marches forcées le détachement qui les précédait sur la

route de Victoria.

< page précédente | 22 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.