bibliotheq.net - littérature française
 

Sainte-Beuve - Portraits littéraires, III

rien que de simple et plutôt d'heureux à un rapprochement et à un sentiment de tendre sympathie, tel
qu'en pouvait éprouver pour lui un Dante touché du mystique rayon, ou encore un saint Augustin à

travers ses larmes. A une certaine hauteur toutes les piétés se tiennent et communiquent aisément par

l'imagination et par la poésie. Ce qui devient bizarre, ce qui devient mensonger et adultère, c'est

l'appropriation prétendue littérale, c'est le détournement frauduleux de l'Églogue à un avènement qui

n'avait pas besoin d'un tel précurseur.

J'en ai dit assez pour signaler aux curieux l'espèce d'intérêt philosophique et historique qui s'attache aux
recherches philologiques de M. Rossignol. Sa méthode m'a rappelé plus d'une fois, par sa direction

circonscrite et sa rigueur, l'ingénieux procédé que M. Letronne a si souvent appliqué à des points

d'histoire, de géographie ou d'archéologie. J'oserai ajouter que M. Rossignol est de cette école, de même

qu'il est aussi de celle du digne et fin M. Boissonade en philologie. Esprit tout à fait français pour la

netteté et la fermeté, M. Rossignol a le mérite de combiner en lui les traditions et quelques-unes des

qualités essentielles de ces hommes qui sont nos maîtres, et à la fois de s'être formé lui-même avec

originalité, avec indépendance, dans une étude approfondie et solitaire qui devient de plus en plus rare.

Le pur où sa modestie lui permettra de sortir des questions trop particulières et de se porter avec toutes

les ressources de son investigation et de sa science sur des sujets d'un intérêt plus ouvert, il est fait pour

marquer avec nouveauté son rang dans la critique et pour se classer en vue de tous. Ce volume, qui doit

être suivi d'une seconde partie, est un premier pas dans cette voie d'application où nos voeux l'appellent

et où de plus compétents le jugeront.

J'ai oublié de dire que le volume est dédié à M. le comte Arthur Beugnot; il y a des noms qui portent avec
eux des garanties de bon esprit, de critique exacte et saine, exempte de toute déclamation.

28 décembre 1847.

FRANÇOIS Ier POËTE

POÉSIES ET CORRESPONDANCE RECUEILLIES ET PUBLIÉES PAR M. AIMÉ
CHAMPOLLION-FIGEAC, 1 VOL. IN-4°, PARIS, 1847.

C'est une chose grave assurément pour un roi que de faire des vers. Il n'est point permis aux poëtes d'être
médiocres; Horace le leur défend au nom du ciel et de la terre, au nom des colonnes et des murailles

mêmes qui retentissent de leurs vers; et, d'autre part, la devise d'un roi, telle qu'elle se lit en lettres d'or

chez Homère, et telle qu'Achille la dictait par avance à Alexandre, consiste à toujours exceller, à être

en tout au-dessus des autres
[6]. Voilà deux obligations bien hautes, deux royautés difficiles à réunir,
et dont la dernière exclut absolument, chez celui qui en est investi, toute prétention incomplète et vaine.

Hors de l'Orient sacré, je ne sais si l'on trouverait un grand exemple de ce double idéal confondu sur un

même front, et si, pour se figurer dans sa pleine majesté un roi poëte, il ne faudrait pas remonter au

Roi-Prophète ou à son fils. Il y a eu des degrés toutefois; ce même Homère, de qui nous tenons l'adieu du

vieux Pélée donnant à son fils cette royale leçon de prééminence et d'excellence généreuse, nous

représente Achille dans sa tente, au moment où les envoyés des Grecs arrivent pour le fléchir, surpris par

eux une lyre à la main et tandis qu'il s'enchante le coeur à célébrer la gloire des anciens héros. Le moyen

fige, comme l'antiquité héroïque, nous offrirait çà et là de ces heureuses surprises, depuis Alfred

pénétrant en ménestrel dans le camp des Danois, jusqu'à Richard Coeur-de-Lion appuyant à la fenêtre de

sa prison la harpe du trouvère. Le siècle de saint Louis applaudissait aux chansons de Thibaut, roi de

Navarre. En un mot, tant que la poésie a été un chant, tant que la harpe et la lyre n'ont pas été de pures

métaphores, on conçoit cet accident poétique comme une sorte de grâce et d'accompagnement assorti

< page précédente | 27 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.