bibliotheq.net - littérature française
 

Sainte-Beuve - Portraits littéraires, III

Nec minus ille diu jam non erit, ex hodierno
Lumine qui finem vitaï fecit, et ille

Mensibus atque annis qui multis occidit ante.»

[Note 264: Livraisons de la Revue du 1er août et du 1er octobre 1845.]

Notre ami était donc en train d'attacher ses travaux à des sujets et à des noms déjà éprouvés, et les moins
périssables de tous sur cette terre fragile; il voguait à plein courant dans la vie de l'intelligence; des

pensées plus douces de coeur et d'avenir s'y ajoutaient tout bas, lorsque tout d'un coup il fut saisi d'une

indisposition violente, sans siège local bien déterminé, et c'est alors, durant une fièvre orageuse, qu'en

deux jours, sans que la science et l'amitié consternées pussent se rendre compte ni avoir prévu, sans

aucune cause appréciable suffisante, la vie subitement lui fit faute; et le vendredi 19 septembre 1845,

vers six heures du soir, il était mort quand il ne semblait qu'endormi.

«Il est mort, s'écriait Pline en pleurant un de ses jeunes amis[265], et ce qui n'est pas seulement triste,
mais lamentable, il est mort loin d'un frère bien-aimé, loin d'une mère, loin des siens... procul a paire

amantissimo, procul a matre
... Que n'eût-il pas atteint, si ses qualités heureuses eussent achevé de
mûrir! De quel amour ne brûlait-il pas pour les lettres! que n'avait-il pas lu! combien n'a-t-il pas écrit!

Quo Me studiorum amore flagrabat! quantum legit! quantum etiam scripsit!» Toutes ces paroles ne sont

que rigoureusement justes appliquées à Charles Labitte, et celles-ci le sont encore[266], que je détourne à

peine: «Fidèle à la tradition, reconnaissant des aînés et même des maîtres (pour mieux le devenir à son

tour), qu'il ressemblait peu à nos autres jeunes gens! Ceux-ci savent tout du premier jour, ils ne

reconnaissent personne, ils sont à eux-mêmes leur propre autorité: statim sapiunt, statim sciunt

omnia,... ipsi sibi exempla sunt
; tel n'était point Avitus...» Nous pourrions continuer ainsi avec les
paroles du plus ingénieux des anciens bien mieux qu'avec les nôtres, montrer cette ambition honorable

que poursuivait notre ami, non point l'édilit comme Julius Avitus, mais la pure gloire littéraire

qu'il avait tout fait pour mériter, et dont il était sur le point d'être investi... et honor quem meruit

tantum
. Pourtant nous nous garderions d'ajouter que tous ces fruits de tant d'espérance s'en sont allés
avec lui, quae nunc omnia cum ipso si ne fructu posteritatis aruerunt. Non, tout de lui ne périra

point; quelques-uns de ses écrits laisseront trace et marqueront son passage. Oh! que du moins les Lettres

qu'il a tant aimées le sauvent! Et tâchons nous-mêmes, nous qui l'avons si bien connu, de les cultiver

assez pour mériter d'arriver jusqu'au rivage, et pour y déposer en lieu sûr ce que nous portons de plus

cher avec nous, la mémoire de l'ami mort dans la traversée et enseveli à bord du navire!

1er mai 1846.

[Note 265: Lettre XI du livre V.]

[Note 266: Lettre XXIII du livre VIII.]

RÉCEPTION DE M. LE Cte ALFRED DE VIGNY À L'ACADÉMIE FRANÇAISE.

M. ÉTIENNE.

C'est Patru, on le sait, qui le premier introduisit à l'Académie la mode du discours de réception. Il s'avisa,
à son entrée (1640), d'adresser un si beau remercîment à la Compagnie, qu'on obligea tous ceux qui

furent reçus depuis d'en faire autant. Toutefois ces réceptions n'étaient point publiques; les compliments

n'avaient lieu qu'à huis clos, et il se faisait ainsi bien des frais d'esprit et d'éloquence en pure perte. Ce fut

Charles Perrault, beaucoup plus tard, qui fit faire le second pas et qui décida la publicité: «Le jour de ma

< page précédente | 202 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.