bibliotheq.net - littérature française
 

Sainte-Beuve - Portraits littéraires, III

dans un ordre méthodique, ce volume fournirait son contingent à chacune des branches dans lesquelles je
me suis essayé.»

Aujourd'hui, en réimprimant ce volume dans la collection acquise par MM. Garnier, j'en fais le tome III
des Portraits littéraires, auxquels il se rapporte en effet par la plus grande partie de son contenu.

Décembre 1862.

THÉOCRITE

I

La poésie grecque, qui commence avec Homère, et qui ouvre par lui sa longue période de gloire, semble
la clore avec Théocrite; elle se trouve ainsi comme encadrée entre la grandeur et la grâce, et celle-ci, pour

en être à faire les honneurs de la sortie, n'a rien perdu de son entière et suprême fraîcheur. Elle n'a jamais

paru plus jeune, et a rassemblé une dernière fois tous ses dons. Après Théocrite, il y aura encore en Grèce

d'agréables poëtes; il n'y en aura plus de grands. «La lie même de la littérature des Grecs dans sa

vieillesse offre un résidu délicat;» c'est ce qu'on peut dire avec M. Joubert des poëtes d'anthologie qui

suivent. Mais Théocrite appartient encore à la grande famille; il en est par son originalité, par son éclat,

par la douceur et la largeur de ses pinceaux. Les suffrages de la postérité l'ont constamment maintenu à

son rang, et rien ne l'en a pu faire descendre. A un certain moment, les mêmes gens d'esprit qui

s'attaquaient à Homère se sont attaqués à Théocrite. Tandis que Perrault prenait à partie l' Iliade,

Fontenelle faisait le procès aux Idylles; il n'y a pas mieux réussi. C'est toujours un étonnement

pour moi, je l'avoue, de voir qu'un esprit aussi supérieur que Fontenelle n'ait pas mieux compris, tout

berger normand qu'il était, qu'en ce parallèle des anciens et des modernes il y avait des genres dans

lesquels les anciens devaient presque nécessairement avoir la prééminence, quelle que fût la revanche des

modernes sur d'autres points. Lui qui a si ingénieusement et si justement comparé la suite des âges et des

siècles à la vie d'un seul homme, lequel, existant depuis le commencement du monde jusqu'à présent,

aurait eu son enfance, sa jeunesse, sa maturité, comment n'a-t-il pas reconnu que cet âge de jeunesse qu'il

rejetait dans le passé était en effet le plus propre à un certain épanouissement naturel et riant, dont

l'à-propos ne se retrouve plus? Un vieux poëte du seizième siècle (Pontus de Thyard), ayant à définir les

Grâces, l'a fait en des termes qui reviennent singulièrement à ma pensée: «Des trois Grâces, dit-il, la

première étoit nommée Aglaé, la seconde Thalie, et la tierce, Euphrosyne.

Aglaé
signifie splendeur, qu'il faut entendre pour celle grâce d'entendement qui consiste au
lustre de vérité et de vertu. Thalie signifie la verde, agréable et gentille beauté: à savoir

celle des linéaments bien conduits et des traits, desquels la verde jeunesse est coutumière de plaire.

Euphrosyne
est la joie que nous cause la pure délectation de la voix musicale et
harmonieuse.» Sans insister sur les distinctions un peu platoniques du vieil auteur, il me suffit des

traductions vives qu'il emploie pour éclairer la discussion même. Car cette Thalie, comme il

l'appelle, cette verte et agréable beauté de la muse pastorale, à quel âge du monde ira-t-on la

demander, si ce n'est à sa jeunesse? et Théocrite nous représente bien cette jeunesse finissante, qui se

retourne une dernière fois et ressaisit comme d'un coup d'oeil tous ses charmes avant de s'en détacher.

Fontenelle a beau définir la maturité actuelle du monde une virilité sans vieillesse, et dans

laquelle l'homme sera toujours également capable des choses auxquelles sa jeunesse était propre, il est

bien clair que cette capacité s'applique peu aux sentiments, et que rien de tout ce qu'il y a de solide ou de

raffiné dans l'homme moderne ne saurait lui rendre une certaine fleur. Ajoutons que, tout en faisant la

guerre à Théocrite contre ceux qu'il appelait les savants, et qui, dans ce cas-ci, n'étaient pas autres que les

gens de goût, Fontenelle lui-même semble reconnaître son impuissance, et il rend les armes lorsqu'il dit:

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.