bibliotheq.net - littérature française
 

Blaise Pascal - Petits écrits philosophiques et religieux

Ils doivent être admirés dans les conséquences qu'ils ont bien tirées du peu de principes qu'ils avaient, et
ils doivent être excusés dans celles où ils ont plutôt manqué du bonheur de expérience que de la force du

raisonnement.

Car n'étaient-ils pas excusables dans la pensée qu'ils ont eue pour la voie de lait, quand, la faiblesse de
leurs yeux n'ayant pas encore reçu le secours de l'artifice, ils ont attribué cette couleur à une plus grande

solidité en cette partie du ciel qui renvoie la lumière avec plus de force? Mais ne serions- nous pas

inexcusables de demeurer dans la même pensée, maintenant qu'aidés des avantages que nous donne la

lunette d'approche, nous y avons découvert une infinité de petites étoiles, dont la splendeur plus

abondante nous a fait reconnaître quelle est la véritable cause de cette blancheur?

N'avaient-ils pas aussi sujet de dire que tous les corps corruptibles étaient renfermés dans la sphère du
ciel de la lune, lorsque durant le cours de tant de siècles ils n'avaient point encore remarqué de

corruptions ni de générations hors de cet espace? Mais ne devons-nous pas assurer le contraire, lorsque

toute la terre a vu sensiblement des comètes s'enflammer et disparaître bien loin au delà de cette sphère?

C'est ainsi que, sur le sujet du vide, ils avaient droit de dire que la nature n'en souffrait point, parce que
toutes leurs expériences leur avaient toujours fait remarquer qu'elle l'abhorrait et ne le pouvait souffrir.

Mais si les nouvelles expériences leur avaient été connues, peut-être auraient-ils trouvé sujet d'affirmer

ce qu'ils ont eu sujet de nier par là que le vide n'avait point encore paru. Aussi dans le jugement qu'ils ont

fait que la nature ne souffrait point de vide, ils n'ont entendu parler de la nature qu'en l'état où ils la

connaissaient; puisque, pour le dire généralement, ce ne serait assez de l'avoir vu constamment en cent

rencontres, ni en mille, ni en tout autre nombre, quelque grand qu'il soit; puisque, s'il restait un seul cas à

examiner, ce seul suffirait pour empêcher la définition générale, et si un seul était contraire, ce seul... Car

dans toutes les matières dont la preuve consiste en expériences et non en démonstrations, on ne peut faire

aucune assertion universelle que par la générale énumération de toutes les parties et de tous les cas

différents. C'est ainsi que quand nous disons que le diamant est le plus dur de tous les corps, nous

entendons de tous les corps que nous connaissons, et nous ne pouvons ni ne devons y comprendre ceux

que nous ne connaissons point; et quand nous disons que l'or est le plus pesant de tous les corps, nous

serions téméraires de comprendre dans cette proposition générale ceux qui ne sont point encore en notre

connaissance, quoiqu'il ne soit pas impossible qu'ils soient en nature. De même quand les anciens ont

assuré que la nature ne souffrait point de vide, ils ont entendu qu'elle n'en souffrait point dans toutes les

expériences qu'ils avaient vues, et ils n'auraient pu sans témérité y comprendre celles qui n'étaient pas en

leur connaissance. Que si elles y eussent été, sans doute ils au raient tiré les mêmes conséquences que

nous, et les auraient par leur aveu autorisées de cette antiquité dont on veut faire aujourd'hui l'unique

principe des sciences.

C'est ainsi que, sans les contredire, nous pouvons assurer le contraire de ce qu'ils disaient, et, quelque
force enfin qu'ait cette antiquité, la vérité doit toujours avoir l'avantage, quoique nouvellement

découverte, puisqu'elle est toujours plus ancienne que toutes les opinions qu'on en a eues, et que ce serait

ignorer sa nature de s'imaginer qu'elle ait commencé d'être au temps qu'elle a commencé d'être connue.

ENTRETIEN DE M. PASCAL ET DE M. DE SACY, SUR LA LECTURE D'ÉPICTÈTE ET DE
MONTAIGNE

M. Pascal vint aussi, en ce temps-là, demeurer à Port-Royal-des-Champs. Je ne m'arrête point à dire qui
était cet homme, que non seulement toute la France, mais toute l'Europe a admiré. Son esprit toujours vif,

toujours agissant, était d'une étendue, d'une élévation, d'une fermeté, d'une pénétration et d'une netteté

< page précédente | 4 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.