bibliotheq.net - littérature française
 

Blaise Pascal - Pensées

l'application : et la force de la coutume est si grande, que des pays entiers sont tous de maçons, d'autres
tous de soldats. Sans doute que la nature n'est pas si uniforme. C'est donc la coutume qui fait cela, et qui

entraîne la nature. Mais quelque fois aussi la nature la surmonte, et retient l'homme dans son instinct,

malgré toute la coutume bonne ou mauvaise.

[§] La curiosité n'est que vanité. Le plus souvent on ne veut savoir que pour en parler. On ne voyagerait
pas sur la mer pour le seul plaisir de voir, sans espérance de s'en entretenir jamais avec personne.

[§] On ne se soucie pas d'être estimé dans les villes où l'on ne fait que passer ; mais quand on y doit
demeurer un peu de temps on s'en soucie. Combien de temps faut-il ? Un temps proportionné à notre

durée vaine et chétive.

[§] Peu de chose nous console, parce que peu de chose nous afflige.

[§] Nous ne nous tenons jamais au présent. Nous anticipons l'avenir comme trop lent, et comme pour le
hâter ; ou nous rappelons le passé pour l'arrêter comme trop prompt. Si imprudents, que nous errons dans

les temps qui ne sont pas à nous, et ne pensons point au seul qui nous appartient : et si vains, que nous

songeons à ceux qui ne sont point, et laissons échapper sans réflexion le seul qui subsiste. C'est que le

présent d'ordinaire nous blesse. Nous le cachons à notre vue, parce qu'il nous afflige ; et s'il nous est

agréable, nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l'avenir, et pensons à

disposer les choses pour un temps où nous n'avons aucune assurance d'arriver.

Que chacun examine sa pensée. Il la trouvera toûjours occupée au passé et à l'avenir. Nous ne pensons
presque point au présent ; et si nous y pensons, ce n'est que pour en prendre des lumières, pour disposer

l'avenir. Le présent n'est jamais notre but. Le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre

objet. Ainsi nous ne vivons jamais ; mais nous espérons de vivre ; et nous disposant toûjours à être

heureux, il est indubitable que nous ne le serons jamais, si nous n'aspirons à une autre béatitude qu'à celle

dont on peut jouir en cette vie.

[§] Notre imagination nous grossit si fort le temps présent à force d'y faire des réflexions continuelles, et
amoindrit tellement l'éternité manque d'y faire réflexion, que nous faisons de l'éternité un néant, et du

néant une éternité. Et tout cela a ses racines si vives en nous, que toute notre raison ne nous en peut

défendre.

[§] Cromwell allait ravager toute la Chrétienté : la famille Royale était perdue, et la sienne à jamais
puissante ; sans un petit grain de sable qui se mit dans son urètre. Rome même allait trembler sous lui.

Mais ce petit gravier, qui n'était rien ailleurs, mis en cet endroit, le voilà mort, sa famille abaissé, et le

Roi rétabli.

XXV. Faiblesse de l'homme.

CE qui m'étonne le plus est de voir que tout le monde n'est pas étonné de sa faiblesse. On agit
sérieusement, et chacun suit sa condition ; non pas parce qu'il est bon en effet de la suivre, puisque la

mode en est ; mais comme si chacun savait certainement où est la raison et la justice. On se trouve déçu à

toute heure, et par une plaisante humilité on croit que c'est sa faute, et non pas celle de l'art qu'on se vante

toujours d'avoir. Il est bon qu'il y ait beaucoup de ces gens là au monde ; afin de montrer que l'homme est

bien capable des plus extravagantes opinions, puisqu'il est capable de croire qu'il n'est pas dans cette

< page précédente | 48 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.