bibliotheq.net - littérature française
 

Blaise Pascal - Lettres

Calendas Octob. ad D. de Carcavi mittetur, ordinem obtinebit; quod autem postea, non recipietur,
quamvis probaretur actum fuisse ante Calendas Octobris; sigmficatio enim facta ad D. Carcavi, seu ejus

receptio, sola valet ad ordinem præmu. Et si quis e regione magis remota jam mittat solutionem actam

ante 29 Augusti (qua die acta est solutio vestri dicti Geometræ), ipsa, quamvis prior, posterior habebitur,

utpote posterius recepta.

IV. FRAGMENT D'UNE LETTRE AU PÈRE LALOUERE

18 septembre 1658.

Mon très Révérend Père,

Je ne puis vous témoigner combien nous avons d'impatience de voir le biais par où vous vous êtes pris à
trouver les solides de la Cycloïde sur l'axe. J'avais eu tort de craindre qu'il y eût erreur à votre calcul. Il

n'y en a point. Je l'ai vérifié... Pour revenir à vous, mon R. Père, je ne serai point en repos que vous ne

m'ayez fait la grâce de me mander par où vous êtes venu à ces solides de la Cycloïde. J'en ai une grande

curiosité....

V. LETTRE A HUYGENS

De Paris le 6 janvier 1659.

Monsieur,

J'ai reçu le présent que vous m'avez fait l'honneur de m'envoyer, et qui m'a été rendu par un gentilhomme
français qui m'a fait le récit de la manière la plus obligeante et la plus civile du monde dont vous l'aviez

reçu chez vous. Il m'a dit même qu'il n'était point connu de vous, et que c'était sur moi que toute cette

obligation retombait. Je vous assure, Monsieur, que j'en ai eu une surprise et une joie extrêmes, car je ne

pensais pas seulement que mon nom fût venu jusqu'à vous, et j'aurais borné mon ambition à avoir une

place dans votre mémoire. Cependant on me veut faire croire que j'en ai même dans votre estime. Je

n'ose le croire, et je n'ai rien qui le vaille, mais j'espère quel vous m'en accorderez dans votre amitié,

puisqu'il est certain que, si on peut la mériter par l'estime et le respect qu'on a pour vous, je la mérite

autant qu'homme du monde. Je suis rempli de ces sentiments là pour vous, et votre dernière production

n'a pas peu ajouté aux autres. Elle est en vérité digne de vous, et au dessus de tout autre. J'en ai été un des

premiers admirateurs. Et j'ai cru qu'on en verrait de grandes suites.

Je voudrais bien avoir de quoi vous rendre. Mais j'en suis bien incapable. Tout ce que je puis est de vous
envoyer autant qu'il vous plaira d'exemplaires du traité de la Roulette où l'Anonyme a résolu les

problèmes qu'il avait lui même proposés. Je ne vous en mets ici que quelques avant coureurs, car le

paquet serait trop gros pour la poste Je m'informerai de nos libraires de la voie qu'il faut tenir pour en

envoyer commodément. Ne croyez pas, Monsieur, que je prétende par là m'acquitter de ce que je vous

dois; ce n'est au contraire que pour vous témoigner que je ne le puis faire, et que c'est véritablement de

tout mon coeur que je ressens la grâce que vous m'avez faite en la personne de ce gentilhomme. Car,

encore qu'il vaille bien mieux que moi, néanmoins comme vous ne le connaissiez pas, je me charge de

tout et vous vous êtes acquis par là l'un et l'autre. Assurez vous en pleinement et que je serai toute ma vie

Monsieur

Votre très humble et obéissant serviteur,

PASCAL.

< page précédente | 26 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.