bibliotheq.net - littérature française
 

Blaise Pascal - Lettres

de l'opprimer. Peut-être êtes-vous de celles qui méritent que Dieu ne l'abandonne pas, et ne la retire pas
de la terre, qui s'en est rendue si indigne; et il est assuré que vous servez à l'Église par vos prières, si

l'Église vous a servi par les siennes. Car c'est l'Église qui mérite, avec Jésus-Christ qui en est inséparable,

la conversion de ceux qui ne sont pas dans la vérité; et ce sont ensuite ces personnes converties qui

secourent la mère qui les a délivrées. 3e loue de tout mon coeur le petit zèle que j'ai reconnu dans votre

lettre pour l'union avec le pape. Le corps n'est non plus vivant sans le chef, que le chef sans le corps.

Quiconque se sépare de l'un ou de l'autre n'est plus du corps, et n'appartient plus à Jésus-Christ. oe ne sais

s'il y a des personnes dans l'Église plus attachées à cette unité du corps que ceux que vous appelez nôtres.

Nous savons que toutes les vertus, le martyre, les austérités et toutes les bonnes oeuvres sont inutiles hors

de l'Église, et de la communion du chef de l'Église, qui est le pape. Je ne me séparerai jamais de sa

communion, au moins je prie Dieu de m'en faire la grâce; sans quoi je serais perdu pour jamais

Je vous fais une espèce de profession de foi, et je ne sais pourquoi; mais je ne l'effacerai pas ni ne
recommencerai pas.

M. du Gas m'a parlé ce matin de votre lettre avec autant d'étonnement et de joie qu'on en peut avoir: il ne
sait où vous avez pris ce qu'il m'a rapporté de vos paroles; il m'en a dit des choses surprenantes et qui ne

me surprennent plus tant. Je commence à m'accoutumer à vous et à la grâce que Dieu vous fait, et

néanmoins je vous avoue qu'elle est toujours nouvelle, comme elle est toujours nouvelle en effet. Car

c'est un flux continuel de grâces que l'Écriture compare à un fleuve et à la lumière que le soleil envoie

incessamment hors de soi, et qui est toujours nouvelle, en sorte que, s'il cessait un instant d'en envoyer,

toute celle qu'on aurait reçue dis paraîtrait, et on resterait dans l'obscurité

Il m'a dit qu'il avait commencé à vous répondre, et qu'il le transcrirait pour le rendre plus lisible, et qu'en
même temps il l'étendrait. Mais il vient de me l'envoyer avec un petit billet, où il me mande qu'il n'a pu ni

le transcrire, ni l'étendre; cela me fait croire que cela sera mal écrit. Je suis témoin de son peu de loisir, et

du désir qu'il avait d'en avoir pour vous.

Je prends part à la joie que vous donnera l'affaire des..., car je vois bien que vous vous intéressez pour
l'Église; vous lui êtes bien obligée. Il y a seize cents ans qu'elle gémit pour vous. Il est temps de gémir

pour elle, et pour nous tout ensemble, et de lui donner tout ce qui nous reste de vie, puisque Jésus-Christ

n'a pris la sienne que pour la perdre pour elle et pour nous

LETTRE VII

Décembre 1656.

Quoi qu'il puisse arriver de l'affaire de..., il y en a assez, Dieu merci, de ce qui est déjà fait pour en tirer
un admirable avantage contre ces maudites maximes. Il faut que ceux qui ont quelque part à cela en

rendent de grandes grâces à Dieu, et que leurs parents et amis prient Dieu pour eux, afin qu'ils ne

tombent pas d'un si grand bonheur et d'un si grand honneur que Dieu leur a faits. Tous les honneurs du

monde n'en sont que l'image; celui-là seul est solide et réel, et néanmoins il est inutile sans la bonne

disposition du coeur. Ce ne sont ni les austérités du corps ni les agitations de l'esprit, mais les bons

mouvements du coeur qui méritent, et qui soutiennent les peines du corps et de l'esprit. Car enfin il faut

ces deux choses pour sanctifier: peines et plaisirs. Saint Paul a dit que ceux qui entreront dans la bonne

vie trouveront des troubles et des inquiétudes en grand nombre. Cela doit consoler ceux qui en sentent,

puisque, étant avertis que le chemin du ciel qu'ils cherchent en est rempli, ils doivent se réjouir de

rencontrer des marques qu'ils sont dans le véritable chemin. Mais ces peines-là ne sont pas sans plaisirs,

< page précédente | 21 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.