bibliotheq.net - littérature française
 

Blaise Pascal - Lettres

sagesse des hommes n'est que folie devant Dieu", aussi on peut dire que cette guerre qui parait dure aux
hommes est une paix devant Dieu; car c'est cette paix que Jésus-Christ a aussi apportée. Elle ne sera

néanmoins parfaite que quand le corps sera détruit, et c'est ce qui fait souhaiter la mort, en souffrant

néanmoins de bon coeur la vie pour l'amour de celui qui a souffert pour nous et la vie et la mort, et qui

peut nous donner plus de biens que nous ne pouvons ni demander ni imaginer, comme dit saint Paul, en

l'épître de la messe d'aujourd'hui.

LETTRE III

Septembre ou octobre I656.

Je ne crains plus rien pour vous, Dieu merci, et j 'ai une espérance admirable. C'est une parole bien
consolante que celle de Jésus Christ: "Il sera donné à ceux qui ont déjà." Par cette promesse, ceux qui ont

beaucoup reçu ont droit d'espérer davantage, et ainsi ceux qui ont reçu extraordinairement doivent

espérer extraordinairement.

J'essaye autant que je puis de ne m'affliger de rien, et de prendre tout ce qui arrive pour le meilleur. Je
crois que c'est un devoir, et qu'on pêche en ne le faisant pas. Car enfin la raison pour laquelle les péchés

sont péchés, c'est seulement parce qu'ils sont contraires à la volonté de Dieu; et ainsi l'essence du péché

consistant à avoir une volonté opposée à celle que nous connaissons en Dieu, il est visible, ce me semble,

que, quand il nous découvre sa volonté par les événements, ce serait un péché de ne s'y pas accommoder.

J'ai appris que tout ce qui est arrivé a quelque chose d'admirable, puisque la volonté de Dieu y est

marquée. Je le loue de tout mon coeur de la continuation faite de ses grâces, car je vois bien qu'elles ne

diminuent point.

L'affaire du... ne va guère bien: c'est une chose qui fait trembler ceux qui ont de vrais mouvements de
Dieu, de voir la persécution qui se prépare non seulement contre les personnes (ce serait peu), mais

contre la vérité. Sans mentir, Dieu est bien abandonné. Il me semble que c'est un temps où le service

qu'on lui rend est bien agréable. Il veut que nous jugions de la grâce par la nature; et ainsi il permet de

considérer que, comme un prince chassé de son pays par ses sujets a des tendresses extrêmes pour ceux

qui lui demeurent fidèles dans la révolte publique, de même il semble que Dieu considère avec une bonté

particulière ceux qui défendent aujourd'hui la pureté de la religion et de la morale, qui est si fort

combattue. Mais il y a cette différence entre les rois de la terre et le Roi des rois, que les princes ne

rendent pas leurs sujets fidèles, mais qu'ils les trou vent tels: au lieu que Dieu ne trouve jamais les

hommes qu'infidèles, et qu'il les rend fidèles quand ils le sont. De sorte qu'au lieu que les rois ont une

obligation insigne à ceux qui demeurent dans leur obéissance, il arrive, au contraire, que ceux qui

subsistent dans le service de Dieu lui sont eux-mêmes redevables infiniment. Continuons donc à le louer

de cette grâce, s'il nous l'a faite, de laquelle nous le louerons dans l'éternité, et prions-le qu'il nous la fasse

encore, et qu'il ait pitié de nous et de l'Église entière, hors laquelle il n'y a que malédiction.

Je prends part aux... persécutés dont vous parlez. Je vois bien que Dieu s'est réservé des serviteurs
cachés, comme il le dit à Élie. Je le prie que nous en soyons, bien et comme il faut, en esprit et en vérité

et sincèrement.

LETTRE IV

Fin d'octobre 1656.

Il me semble que vous prenez assez de part au miracle pour vous mander en particulier que la vérification

< page précédente | 18 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.