bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Barbey d'Aurevilly - Les Diaboliques

- Et voilà, Mesdames, croyez-le, si vous voulez, - ajouta-t-il en forme de conclusion, - le plus bel amour
que j'aie inspiré de ma vie!

Et il se tut, elles aussi. Elles étaient pensives... L'avaient-elles compris?

Lorsque joseph était esclave chez Mme Putiphar, il était si beau, dit le Koran, que, de rêverie, les femmes
qu'il servait à table se coupaient les doigts avec leurs couteaux, en le regardant. Mais nous ne sommes

plus au temps de Joseph, et les préoccupations qu'on a au dessert sont moins fortes.

- Quelle grande bête, avec tout son esprit, que votre marquise, pour vous avoir dit pareille chose! - fit la
duchesse, qui se permit d'être cynique, mais qui ne se coupa rien du tout avec le couteau d'or qu'elle

tenait toujours à la main.

La comtesse de Chiffrevas regardait attentivement dans le fond d'un verre de vin du Rhin, en cristal
émeraude, mystérieux comme sa pensée.

- Et la petite masque? - demanda-t-elle.

- Oh, elle était morte, bien jeune et mariée en province, quand sa mère me raconta cette histoire, répondit
Ravila.

- Sans cela!... fit la duchesse songeuse.

Le bonheur dans le crime

Dans ce temps délicieux, quand on raconte une histoire vraie, c'est à croire que le Diable a dicté.

J'étais un des matins de l'automne dernier à me promener au jardin des Plantes, en compagnie du docteur
Torty, certainement une de mes plus vieilles connaissances. Lorsque je n'étais qu'un enfant, le docteur

Torty exerçait la médecine dans la ville de V...; mais après environ trente ans de cet agréable exercice, et

ses malades étant morts, - ses fermiers comme il les appelait, lesquels lui avaient rapporté plus que bien

des fermiers ne rapportent à leurs maîtres, sur les meilleures terres de Normandie, - il n'en avait pas repris

d'autres; et déjà sur l'âge et fou d'indépendance, comme un animal qui a toujours marché sur son bridon

et qui finit par le casser, il était venu s'engloutir dans Paris, - là même, dans le voisinage du Jardin des

Plantes, rue Cuvier, je crois, - ne faisant plus la médecine que pour son plaisir personnel, qui, d'ailleurs,

était grand à en faire, car il était médecin dans le sang et jusqu'aux ongles, et fort médecin, et grand

observateur, en plus, de bien d'autres cas que de cas simplement physiologiques et pathologiques...

L'avez-vous quelquefois rencontré, le docteur Torty? C'était un de ces esprits hardis et vigoureux qui ne
chaussent point de mitaines, par la très bonne et proverbiale raison que: «chat ganté ne prend pas de

souris», et qu'il en avait immensément pris, et qu'il en voulait toujours prendre, ce matois de fine et forte

race; espèce d'homme qui me plaisait beaucoup à moi, et je crois bien (je me connais!) par les côtés

surtout qui déplaisaient le plus aux autres. En effet, il déplaisait assez généralement quand on se portait

bien, ce brusque original de docteur Torty; mais ceux à qui il déplaisait le plus, une fois malades, lui

faisaient des salamalecs, comme les sauvages en faisaient au fusil de Robinson qui pouvait les tuer, non

pour les mêmes raisons que les sauvages, mais spécialement pour les raisons contraires: il pouvait les

sauver! Sans cette considération prépondérante, le docteur n'aurait jamais gagné vingt mille livres de

rente dans une petite ville aristocratique, dévote et bégueule, qui l'aurait parfaitement mis à la porte

cochère de ses hôtels, si elle n'avait écouté que ses opinions et ses antipathies. Il s'en rendait compte, du

reste, avec beaucoup de sang-froid, et il en plaisantait. «Il fallait, - disait-il railleusement pendant le bail

< page précédente | 40 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.