bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Barbey d'Aurevilly - Les Diaboliques

qui rayonne toujours dans le souvenir plus fort que les autres, à mesure que la vie s'avance, et pour lequel
on les donnerait tous!

- Le diamant de l'écrin, - dit la comtesse de Chiffrevas songeuse, qui regardait peut-être dans les facettes
du sien.

- ... Et de la légende de mon pays, - reprit à son tour la princesse Jable... qui est du pied des monts
Ourals, - ce fameux et fabuleux diamant, rose d'abord, qui devient noir ensuite, mais qui reste diamant,

plus brillant encore noir que rose... - Elle dit cela avec le charme étrange qui est en elle, cette

Bohémienne! car c'est une Bohémienne, épousée par amour par le plus beau prince de l'émigration

polonaise, et qui a l'air aussi princesse que si elle était née sous les courtines des Jagellons.

Alors, ce fut une explosion! «Oui, - firent-elles toutes. - Dites-nous cela, comte!» ajoutèrent-elles
passionnément, suppliantes déjà, avec les frémissements de la curiosité jusque dans les frisons de leurs

cous, par derrière; se tassant, épaule contre épaule; les unes la joue dans la main, le coude sur la table; les

autres, renversées au dossier des chaises, l'éventail déplié sur la bouche; le fusillant toutes de leurs yeux

émerillonnés et inquisiteurs.

- Si vous le voulez absolument..., - dit le comte, avec la nonchalance d'un homme qui sait que l'attente
exaspère le désir.

- Absolument! dit la duchesse en regardant comme un despote turc aurait regardé le fil de son sabre - le
fil d'or de son couteau de dessert.

- Ecoutez donc, - acheva-t-il, toujours nonchalant.

Elles se fondaient d'attention, en le regardant. Elles le buvaient et le mangeaient des yeux. Toute histoire
d'amour intéresse les femmes; mais qui sait? peut-être le charme de celle-ci était-il, pour chacune d'elles,

la pensée que l'histoire qu'il allait raconter pouvait être la sienne... Elles le savaient trop gentilhomme et

de trop grand monde pour n'être pas sûres qu'il sauverait les noms et qu'il épaissirait, quand il le faudrait,

les détails par trop transparents; et cette idée, cette certitude leur faisait d'autant plus désirer l'histoire.

Elles en avaient mieux que le désir; elles en avaient l'espérance.

Leur vanité se trouvait des rivales dans ce souvenir évoqué comme le plus beau souvenir de la vie d'un
homme, qui devait en avoir de si beaux et de si nombreux! Le vieux sultan allait jeter une fois de plus le

mouchoir... que nulle main ne ramasserait, mais que celle à qui il serait jeté sentirait tomber

silencieusement dans son coeur...

Or voici, avec ce qu'elles croyaient, le petit tonnerre inattendu qu'il fit passer sur tous ces fronts
écoutants:

IV

«J'ai ouï dire souvent à des moralistes, grands expérimentateurs de la vie, - dit le comte de Ravila, - que
le plus fort de tous nos amours n'est ni le premier, ni le dernier, comme beaucoup le croient; c'est le

second. Mais en fait d'amour, tout est vrai et tout est faux, et, du reste, cela n'aura pas été pour moi... Ce

que vous me demandez, Mesdames, et ce que j'ai, ce soir, à vous raconter, remonte au plus bel instant de

ma jeunesse. Je n'étais plus précisément ce qu'on appelle un jeune homme, mais j'étais un homme jeune,

et, comme disait un vieil oncle à moi, chevalier de Malte, pour désigner cette époque de la vie, "j'avais

fini mes caravanes". En pleine force donc, je me trouvais en pleine relation aussi, comme on dit si

< page précédente | 33 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.