bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Barbey d'Aurevilly - Les Diaboliques

III

Il était donc tard, - c'est-à-dire tôt! Le matin venait. Contre le plafond et à une certaine place des rideaux
de soie rose du boudoir, hermétiquement fermés, on voyait poindre et rondir une goutte d'opale, comme

un oeil grandissant, l'oeil du jour curieux qui aurait regardé par là ce qu'on faisait dans ce boudoir

enflammé. L'alanguissement commençait à prendre les chevalières de cette Table-Ronde, ces soupeuses,

si animées il n'y avait qu'un moment. On connaît ce moment-là de tous les soupers où la fatigue de

l'émotion et de la nuit passée semble se projeter sur tout, sur les coiffures qui s'affaissent, les joues

vermillonnées ou pâlies qui brûlent, les regards lassés dans les yeux cernés qui s'alourdissent, et même

jusque sur les lumières élargies et rampantes des mille bougies des candélabres, ces bouquets de feu aux

tiges sculptées de bronze et d'or.

La conversation générale, longtemps faite d'entrain, partie de volant où chacun avait allongé son coup de
raquette, s'était fragmentée, émiettée, et rien de distinct ne s'entendait plus dans le bruit harmonieux de

toutes ces voix, aux timbres aristocratiques, qui se mêlaient et babillaient comme les oiseaux, à l'aube,

sur la lisière d'un bois... quand l'une d'elles, - une voix de tête, celle-là! - impérieuse et presque

impertinente, comme doit l'être une voix de duchesse, dit tout à coup, par- dessus toutes les autres, au

comte de Ravila, ces paroles qui étaient sans doute la suite et la conclusion d'une conversation, à voix

basse, entre eux deux, que personne de ces femmes, qui causaient, chacune avec sa voisine, n'avait

entendue:

- Vous qui passez pour le Don Juan de ce temps-ci, vous devriez nous raconter l'histoire de la conquête
qui a le plus flatté votre orgueil d'homme aimé et que vous jugez, à cette lueur du moment présent, le

plus bel amour de votre vie?...

Et la question, autant que la voix qui parlait, coupa nettement dans le bruit toutes ces conversations
éparpillées et fit subitement le silence.

C'était la voix de la duchesse de ***. - Je ne lèverai pas son masque d'astérisques; mais peut-être la
reconnaîtrez-vous, quand je vous aurai dit que c'est la blonde la plus pâle de teint et de cheveux, et les

yeux les plus noirs sous ses longs sourcils d'ambre, de tout le faubourg Saint-Germain. - Elle était assise,

comme un juste à la droite de Dieu, à la droite du comte de Ravila, le dieu de cette fête, qui ne réduisait

pas alors ses ennemis à lui servir de marche-pied; mince et idéale comme une arabesque et comme une

fée, dans sa robe de velours vert aux reflets d'argent, dont la longue traîne se tordait autour de sa chaise,

et figurait assez bien la queue de serpent par laquelle se terminait la croupe charmante de Mélusine.

- C'est là une idée! - fit la comtesse de Chiffrevas, comme pour appuyer, en sa qualité de maîtresse de
maison, le désir et la motion de la duchesse, - oui, l'amour de tous les amours, inspirés ou sentis, que

vous voudriez le plus recommencer, si c'était possible.

- Oh! je voudrais les recommencer tous! - fit Ravila avec cet inassouvissement d'Empereur romain qu'ont
parfois ces blasés immenses. Et il leva son verre de champagne, qui n'était pas la coupe bête et païenne

par laquelle on l'a remplacé, mais le verre élancé et svelte de nos ancêtres, qui est le vrai verre de

champagne, - celui-là qu'on appelle une flûte, peut-être à cause des célestes, mélodies qu'il nous verse

souvent au coeur. - Puis il étreignit d'un regard circulaire toutes ces femmes qui formaient autour de la

table une si magnifique ceinture. - Et cependant, - ajouta-t-il en replaçant son verre devant lui avec une

mélancolie étonnante pour un tel Nabuchodonosor qui n'avait encore mangé d'herbe que les salades à

l'estragon du café Anglais, - et cependant c'est la vérité, qu'il y en a un entre tous les sentiments de la vie,

< page précédente | 32 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.