bibliotheq.net - littérature française
 

Arthur de Gobineau - Mademoiselle Irnois

CHAPITRE VII.

Comme on voit, le cher Comte n'avait pas perdu de temps. Après sa visite essentielle à son notaire,
n'ayant plus qu'à disposer de ses moments jusqu'au dîner, il avait visité les marchands. Il s'était fait un

point d'honneur de réussir vite, en semant de l'or à profusion, à composer une corbeille d'un goût bon et

magnifique. M. Cabarot aimait à courir les magasins; il avait la prétention d'exceller dans le choix des

ajustements féminins, et visait à la réputation d'oracle de l'élégance et du bon goût.

M. Cabarot fit merveille dans les boutiques: châles, dentelles, belles étoffes, tissus précieux, bijoux et
diamants, il alla tout voir; il choisit avec réflexion, mais aussi avec promptitude, et, comme on voit, en

peu d'heures, il pouvait envoyer à Mlle Irnois le somptueux résultat de ses galants efforts.

On a vu à quel point ce cadeau avait été apprécié.

La lettre qui l'accompagnait ne fit pas plus d'effet. Elle était cependant conçue dans les termes les mieux
faits pour attendrir le coeur d'une cruelle et faire ressortir la réputation d'homme d'esprit que possédait le

Comte. Mais dans la maison, on avait trop de préventions contre lui pour être fort sensible à ses

démonstrations passionnées, et la lettre, après avoir passé dans les mains et sous les yeux des trois

vieilles dames, fut jetée sur une table, sans qu'on jugeât à propos de tourmenter Emmelina en la lui

faisant lire.

- « Puisqu'il faut qu'elle se marie, la malheureuse! dit Mme Irnois, laissons-lui au moins les derniers
moments de sa liberté. Je n'ai pas grande idée de ce M. Cabarot ou plutôt, j'ai l'idée qu'il n'est pas fort

honnête homme. Malheureuse enfant! à quoi sert à M. Irnois tout l'argent qu'il a amassé? Si j'avais su que

cet argent dût me préparer tant de malheurs, je n'en aurais jamais été si fière!... »

M. Irnois était rentré avant l'arrivée de la corbeille. Il avait raconté avec douleur le résultat négatif de sa
d'marche auprès de Cabarot; et, comme tous les gens dont l'esprit n'est pas très actif et dont la nature

physique est grossière, il avait à peu près pris son parti du chagrin qui lui arrivait. Il aimait certainement

beaucoup sa fille, mais cet amour ne pouvait cependant le transformer, et une des qualités les plus

admirables en lui, un des ressorts de sa fortune avait été la facilité avec laquelle il avait plié le cou sous

tous les échecs. Lorsqu'il était envahi par quelque infortune irréparable, jamais il ne se gendarmait, ne se

passionnait, ne se révoltait. Il baissait la tête en laissant le flot passer. Voyant que l'empereur voulait que

le comte Cabarot épousât sa fille, il s'était représenté la grande puissance de l'empereur et avait cédé. Plus

tard, il lui était venu l'idée que, moyennant finances, le fiancé pourrait lâcher la main de sa fille; il avait

fait une tentative de ce côté-là; la tentative n'avait pas réussi, il se résignait; ses murmures, ses jurons ne

pouvaient rien contre cette vérité; il avait beau crier, il était désormais hors d'état de résister et la pauvre

Emmelina était perdue.

Pour Cabarot, il avait bien de l'esprit, de cet esprit sarcastique, incrédule, mauvais, déshonnête, qui est
souvent le partage des gens vieillis dans les affaires; il devait enthousiasmer de vieux diplomates, de

vieux hommes d'état, mais il était horriblement laid et ne pouvait raisonnablement produire une

impression satisfaisante sur une jeune fille, à plus forte raison sur Emmelina dont le coeur était

préoccupé comme on l'a vu.

Le lendemain du jour qui était un dimanche où Emmelina vit l'ouvrier dans sa chambre, les bans furent
publiés à la mairie. Ils furent proclamés aussi à l'église. Tout Paris sut désormais officiellement que le

Comte Cabarot allait épouser Mlle Irnois. Le chiffre de la fortune apportée en dot par la fiancée, les

< page précédente | 30 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.