bibliotheq.net - littérature française
 

Arthur de Gobineau - Mademoiselle Irnois

et, découvert, raconta son histoire. Par bonheur, cette dame avait ce jour-là autour d'elle plusieurs
personnes invitées à dîner, et parmi ces convives, M. Diderot, M. Rousseau de Genève et M. Grimm.

Le récit du vagabond déguenillé servit de texte heureux à différentes considérations trop justes, hélas! sur
l'ordre social. M. Rousseau de Genève embrassa publiquement Irnois en l'appelant son frère; M. Diderot

l'appela aussi son frère, mais il ne l'embrassa pas; quant à M. Grimm qui était baron, il se contenta de lui

faire de la main un geste sympathique en l'assurant qu'il voyait en lui l'homme, le chef-d'oeuvre de la

Nature.

L'expression de cette grande vérité, reconnue par toute la compagnie, ne suffisait pas au pauvre diable.
Par le plus étonnant des hasards, en le renvoyant, on pensa à lui faire donner une soupe et un lit. Le

lendemain, la maîtresse de maison l'avait déjà oublié et, certainement, aurait donné ordre de le mettre

dehors si on lui eût rappelé le chef-d'oeuvre de la création, l'homme que la veille elle avait si

philosophiquement accueilli. Mais une vieille intendante lui trouva les épaules suffisamment plates pour

y mettre des charges de bois, et les bras assez longs pour scier des bûches. Il gagna ainsi sa vie jusqu'au

jour où il redevint laquais. C'était une fortune; c'était de là qu'enfin l'aigle devait prendre son vol.

En peu de temps, Irnois passa du service de la dame philosophe à celui d'un comte dévot, puis d'une
marquise intrigante, puis d'un turcaret; le turcaret, le voyant suffisamment inepte, le jugea digne de

recevoir les droits à la porte d'une petite ville. Voilà Irnois commis; c'était une belle position pour le

malheureux. Il ne sut pas la garder, il tint mal ses comptes, il fut chassé. Alors il voulut revenir à Paris, et

dans le trajet il lui arriva une aventure qui semblera peu probable, mais qui n'en est pas moins véritable.

Qu'on se souvienne en la lisant qu'Irnois était destiné à devenir le favori de la fortune.

Comme il avait gagné quelque petit argent dans sa gestion, il avait acheté un pauvre cheval gris dont il
comptait se défaire à l'arrivée.

Un matin qu'il était parti de fort bonne heure de sa couchée, il arriva au rond-point d'un grand bois vers le
moment où l'aube commençait à poindre. C'était au mois d'Octobre; le temps était brumeux, le jour fort

terne, et, enveloppé dans sa cape, son chapeau sur les yeux, Irnois était loin d'avoir chaud. Par

conséquent, son âme, peu virile d'ordinaire, n'avait pas grande fermeté.

Que devint donc l'ex-commis, parvenu au débouché du rond-point, lorsqu'il vit à l'entrée de l'avenue qui
lui faisait face, et par laquelle il devait absolument passer, un groupe d'hommes à cheval!

Irnois n'hésita pas en sa pensée, il les reconnut pour voleurs, et qui est plus, voleurs de grand chemin. Il
songea à fuir; mais s'il tournait les talons, ces misérables allaient sans doute mettre d'horribles mousquets

en état et le cribler de balles! Il frissonna d'horreur et resta planté sur sa selle, son cheval retenu

fermement.

Les cavaliers placés de l'autre côté du rond-point, le voyant ainsi immobile, attendirent quelque temps, en
l'observant, mais comme il ne bougeait pas, (il n'aurait pas remué pour un empire) ils prirent leur parti

après un colloque animé, et un d'entre eux s'avança vers Irnois. Celui-ci se crut à sa dernière heure et

allait tirer sa bourse pour la donner, lorsque le cavalier mettant son chapeau à la main lui dit avec une

extrême politesse: - « Monsieur, ce bois n'est pas ce que vous croyez; on vous aura fait quelque faux

rapport, veuillez en être convaincu; mais dans notre désir de vous être agréable, nous vous offrirons cinq

mille livres, c'est en conscience tout ce que nous pouvons faire. »

Irnois, à cet étrange discours, pensa que les brigands voulaient ajouter la raillerie à la férocité et se

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.