bibliotheq.net - littérature française
 

André Gide - Les Caves du Vatican

Il s'arrêtait dans sa marche, pour soulever du bout de l'index le menton d'Arnica, comme on fait aux
poupons que l'on veut amener à sourire. Gaston gardait une attitude réservée. Amédée s'approcha de lui:

- Je compte sur toi pour consulter l'indicateur. Tu me diras quand j'ai un bon train pour Marseille; avec
des troisièmes. Si, si, je tiens à prendre des troisièmes. Enfin prépare-moi un horaire détaillé, avec les

endroits où il faut que je change; et les buffets; jusqu'à la frontière; après, je serai lancé, je me

débrouillerai et Dieu me guidera jusqu'à Rome. Vous m'écrirez là-bas, poste restante.

L'importance de sa mission lui surchauffait périlleusement la cervelle. Après que Gaston fut reparti il
arpentait toujours la pièce; il murmurait:

- Qu'à moi soit réservé cela! plein d'une admiration et d'une reconnaissance attendrie: il avait donc enfin
sa raison d'être. Ah! par pitié, Madame, ne le retenez pas! Il est si peu d'êtres sur terre qui savent trouver

leur emploi.

Tout ce qu'obtint Arnica c'est qu'il passât encore cette nuit auprès d'elle, Gaston ayant d'ailleurs marqué
sur l'horaire, qu'il apporta dans la soirée, le train de 8 heures du matin comme le plus pratique.

Ce matin-là, il pleuvait dru. Amédée ne consentit point à ce qu'Arnica ni Gaston l'accompagnassent à la
gare. Et personne n'eut un regard d'adieu pour le cocasse voyageur aux yeux d'alose, au col caché par un

foulard grenat, qui tenait à la main droite une valise de toile grise où sa carte de visite était clouée, à la

main gauche un vieux riflard, sur le bras un châle à carreaux verts et bruns - qu'emporta le train vers

Marseille.

IV.

Vers cette époque, un important congrès de sociologie rappelait à Rome le comte Julius de Baraglioul. Il
n'était peut-être pas spécialement convoqué (ayant sur les questions sociales plutôt des convictions que

des compétences), mais il se réjouissait de cette occasion d'entrer en rapport avec quelques illustres

sommités. Et comme Milan se trouvait tout naturellement sur sa route, Milan, où, comme l'on sait, sur les

conseils du père Anselme, les Armand-Dubois étaient allés demeurer, il en profiterait pour revoir un peu

son beau-frère.

Le jour même que Fleurissoire quittait Pau, Julius sonnait à la porte d'Anthime.

On l'introduisit dans un misérable appartement de trois pièces - si l'on peut compter pour une pièce
l'obscure soupente où Véronique faisait elle-même cuire quelques légumes, ordinaire de leurs repas. Un

hideux réflecteur de métal renvoyait blafard le jour étroit d'une courette; Julius, gardant à la main son

chapeau plutôt que de le poser sur la douteuse toile cirée qui recouvrait une table ovale, et restant debout

par horreur de la molesquine, saisit le bras d'Anthime et s'écria:

- Vous ne pouvez rester ici, mon pauvre ami.

- De quoi me plaignez-vous? dit Anthime.

Au bruit des voix Véronique était accourue:

< page précédente | 60 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.