bibliotheq.net - littérature française
 

André Gide - Les Caves du Vatican

(1) Le Carton-Romain-Plastique, annonçait le catalogue, d'invention relativement récente, de
fabrication spéciale, dont la maison Blafaphas Fleurissoire et Lévichon garde le secret, remplace fort

avantageusement le carton-pierre, le papier-stuc et autres compositions analogues, dont l'usage n'a que

trop bien établi toute la défectuosité. (Suivaient les descriptions des différents modèles.)

L'affaire s'élançait avec un capital de soixante mille francs déclarés, sur lesquels les Blafafoires
s'inscrivaient à eux deux modestement pour dix mille. Lévichon fournissait généreusement les cinquante

autres, n'ayant point supporté que ses deux amis s'obérassent. Il est vrai que sur ces cinquante mille

francs, quarante étaient prêtés par Fleurissoire, prélevés sur la dot d'Arnica, remboursables en dix ans,

avec un intérêt cumulatif de 4½% - ce qui était plus qu'Arnica n'avait jamais espéré, et ce qui mettait la

petite fortune d'Amédée à l'abri des grands risques que cette entreprise ne pouvait manquer de courir. Les

Blafafoires, par contre, apportaient l'appui de leurs relations et de celles des Baraglioul, c'est-à-dire, après

que le Carton-Romain eût fait ses preuves, la protection de maints membres influents du clergé; ceux-ci

(en plus de quelques importantes commandes) persuadèrent maintes petites paroisses de s'adresser à la

maison F.B.L. pour répondre aux besoins grandissants des fidèles, l'éducation artistique de plus en plus

perfectionnée exigeant des oeuvres plus exquises que celles dont la fruste foi des ancêtres s'était jusqu'à

présent contentée. A cet effet quelques artistes, de mérite reconnu par l'Église, enrôlés dans l'oeuvre du

Carton-Romain, obtinrent de voir enfin leurs oeuvres acceptées par le jury du Salon. Laissant à Pau les

Blafafoires, Lévichon s'établit à Paris où comme il avait de l'entregent, la maison avait bientôt pris une

extension considérable.

Que la comtesse Valentine de Saint-Prix cherchât, à travers Arnica, à intéresser la maison Blafaphas et
Cie à la secrète cause de la délivrance du pape, quoi de plus naturel? et qu'elle eût confiance dans la

grande piété des Fleurissoire pour rentrer dans une partie de son avance. Par malheur, les Blafafoires, en

raison de la minime somme engagée par eux au début de l'entreprise, ne touchaient que très peu: deux

douzièmes sur les revenus avoués et absolument rien sur les autres. C'est ce que la comtesse ignorait,

Arnica ayant, de même qu'Amédée, grande pudeur à l'endroit du porte-monnaie.

III.

- Chère Madame! Qu'y a-t-il? Votre lettre m'a bien fait peur.

La comtesse se laissa tomber dans le fauteuil qu'avançait vers elle Arnica.

- Ah! Madame Fleurissoire... tenez, laissez-moi vous appeler: chère amie... Cette peine, qui vous touche
aussi, nous rapproche. Ah! si vous saviez!...

- Parlez! parlez! ne me laissez pas plus longtemps dans l'attente.

- Mais ce que je viens d'apprendre, et que je vais vous dire, doit rester un secret entre nous.

- Je n'ai jamais trahi la confiance de personne, dit dolemment Arnica, à qui personne encore n'avait
jamais confié aucun secret.

- Vous n'allez pas y croire.

- Si! si, gémissait Arnica.

< page précédente | 56 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.