bibliotheq.net - littérature française
 

André Gide - Les Caves du Vatican

Amédée Fleurissoire et Gaston Blafaphas s'éprirent ensemble d'Arnica; c'était fatal. Chose admirable,
cette naissante passion, qu'aussitôt l'un à l'autre ils s'avouèrent, loin de les diviser, ne fit que resserrer leur

couture. Et certes Arnica ne leur donna d'abord, à l'un non plus qu'à l'autre, de grands motifs de jalousie.

Aucun d'eux du reste ne s'était déclaré; et jamais Arnica n'eût été supposer leur flamme, malgré le

tremblement de leur voix lorsque, à ces petites soirées du dimanche chez Mme Semène dont ils étaient

les familiers, elle leur offrait le sirop, la verveine ou la camomille. Et tous deux, s'en retournant le soir,

célébraient sa décence et sa grâce, s'inquiétaient de sa pâleur, s'enhardissaient...

Ils convinrent de se déclarer l'un et l'autre le même soir, ensemble, puis de s'abandonner à son choix.
Arnica, toute neuve devant l'amour, remercia le ciel dans la surprise et la simplicité de son coeur. Elle

pria les deux soupirants de lui laisser le temps de réfléchir.

A vrai dire elle ne penchait non plus vers l'un que vers l'autre, et ne s'intéressait à eux que parce qu'eux
s'intéressaient à elle, alors qu'elle avait résigné l'espoir d'intéresser jamais personne. Six semaines durant,

perplexe de plus en plus, elle s'enivra doucement des hommages de ses prétendants parallèles. Et tandis

que dans leurs promenades nocturnes, supputant mutuellement leurs progrès, les Blafafoires se

racontaient longuement l'un à l'autre, sans détours, les moindres mots, les regards, les sourires dont

elle
les avait gratifiés, Arnica, retirée dans sa chambre, écrivait sur des bouts de papier qu'elle brûlait
soigneusement ensuite à la flamme de sa bougie, et répétait inlassablement tour à tour: Arnica

Blafaphas?... Arnica Fleurissoire? incapable de décider entre l'atrocité de ces deux noms.

Puis brusquement, certain jour de sauterie, elle avait choisi Fleurissoire; Amédée ne venait-il pas de
l'appeler Arnîca, en accentuant la pénultième de son nom d'une manière qui lui parut italienne?

(inconsidérément du reste, et sans doute entraîné par le piano de Mlle Semène qui rythmait l'atmosphère

en ce moment), et ce nom d'Arnica, son propre nom, aussitôt lui était apparu riche d'une musique

imprévue, capable lui aussi d'exprimer poésie, amour... Ils étaient tous deux seuls dans un petit parloir à

côté du salon, et si près l'un de l'autre que, lorsque Arnica défaillante laissa pencher sa tête lourde de

reconnaissance, son front toucha l'épaule d'Amédée qui, très grave, prit alors la main d'Arnica et lui baisa

le bout des doigts.

Quand, au retour, Amédée annonça son bonheur à son ami, Gaston, contre son habitude, ne dit rien et,
quand ils passèrent devant une lanterne, il parut à Fleurissoire qu'il pleurait. Si grande que fût la naïveté

d'Amédée, pouvait-il vraiment supposer que son ami partageait jusqu'à ce dernier point son bonheur?

Tout décontenancé, tout penaud, il prit Blafaphas dans ses bras (la rue était déserte) et lui jura que, pour

grand que fût son amour, son amitié l'emportait de beaucoup encore, qu'il n'entendait pas que, par son

mariage, elle fût en rien diminuée et qu'enfin, plutôt que de sentir Blafaphas souffrant de quelque

jalousie, il était prêt à lui promettre, sur son bonheur, de ne jamais user de ses droits conjugaux.

Ni Blafaphas ni Fleurissoire n'étaient de tempérament bien fougueux; pourtant Gaston, que sa virilité
occupait un peu davantage, se tut et laissa promettre Amédée.

Peu de temps après le mariage d'Amédée, Gaston qui, pour se consoler, s'était plongé dans le travail,
découvrit le Carton Plastique. Cette invention, qui, d'abord n'avait l'air de rien, eut pour premier

résultat de revigorer l'amitié quelque peu retombée de Lévichon pour les Blafafoires. Eudoxe Lévichon

pressentit aussitôt le parti que la statuaire religieuse pourrait tirer de cette nouvelle matière, qu'il baptisa

d'abord, avec un remarquable sentiment des contingences: Carton-Romain (1). La maison

Blafaphas, Fleurissoire et Lévichon fut fondée.

< page précédente | 55 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.