bibliotheq.net - littérature française
 

André Gide - Les Caves du Vatican

V.

Non, ce n'est pas a son laboratoire que s'est arrêté l'oncle Anthime.

Il a traversé rapidement cette officine où achèvent de souffrir les six rats. Que ne s'attarde-t-il sur la
terrasse qu'inonde une occidentale lueur? Le séraphique éclairement du soir, apaisant son âme rebelle,

l'inclinerait peut-être... Mais non: il échappe au conseil. Par l'incommode escalier tournant, il a gagné la

cour, qu'il traverse. Cette hâte infirme est tragique par nous qui connaissons aux prix de quel effort il

achète chaque enjambée, au prix de quelle douleur chaque effort. Quand verrons-nous dépenser pour le

bien une aussi sauvage énergie? Parfois un gémissement échappe à ses lèvres tordues; ses traits se

convulsent. Où le mène sa rage impie?

La Madone - qui, de ses mains offertes laissant couler la grâce et le reflet des célestes rayons sur le
monde, veille sur la maison et peut-être intercède même pour le blasphémateur - n'est pas une de ces

statues modernes comme on fabrique de nos jours, avec le carton-romain plastique de Blafaphas, la

maison d'art de Fleurissoire-Lévichon. Image naïve, expression de l'adoration populaire, elle n'en sera

que plus belle et plus éloquente à nos yeux. Éclairant la face exsangue, les rayonnantes mains, le manteau

bleu, une lanterne, en face de la statue, mais assez loin en avant d'elle, pend à un toit de zinc qui déborde

la niche et abrite à la fois les ex-voto accrochés aux côtés des murs. A portée de la main du passant, une

petite porte de métal, dont le bedeau de la paroisse à la clef, protège l'enroulement de la corde au bout de

quoi, la lanterne pend. En plus, deux cierges brûlent jour et nuit devant la statue, qu'a portés tantôt

Véronique. A la vue de ces cierges, qu'il sait brûler pour lui, le franc-maçon sent se ranimer sa fureur.

Beppo qui, dans le retrait du mur où il niche, achevait de croquer un croûton et quelques griffes de

fenouil, est accouru à sa rencontre. Sans répondre à son accorte salutation, Anthime l'a saisi par l'épaule;

penché sur lui, que dit-il, qui fasse tressaillir l'enfant? - Non! non! le petit proteste. De la poche de son

gilet, Anthime sort un billet de cinq lires; Beppo s'indigne... Plus tard il volera peut-être; il tuera même;

qui sait de quelle éclaboussure sordide la misère tachera son front? Mais lever la main contre la Vierge

qui le protège, vers qui, chaque soir, avant de s'endormir, il soupire, à qui chaque matin, au premier

réveil, il sourit!... Anthime peut essayer de l'exhortation, de la corruption, du rudoiement, de la menace, il

n'obtiendra de lui que refus.

Au demeurant ne nous y méprenons pas. Anthime n'en veut point précisément à la Vierge; c'est
spécialement aux cierges de Véronique qu'il en a. Mais l'âme simple de Beppo ne consent pas à ces

nuances; et, du reste, ces cierges à présent consacrés, nul n'a le droit de les souffler...

Anthime que cette résistance exaspère a repoussé l'enfant. Il agira tout seul. Accoté contre la muraille, il
empoigne sa béquille par le bas, prend un terrible élan en balançant le manche en arrière et, de toutes ses

forces, il la lance contre le ciel. Le bois carambole contre la paroi de la niche, retombe à terre avec fracas,

entraînant il ne sait quel débris, quel platras. Il ramasse sa béquille et recule pour voir la niche... Par

l'enfer! les deux cierges brûlent toujours. Mais qu'est-ce à dire? La statue, à la place de la main droite, ne

présente plus qu'une tige de métal noir.

Il contemple un instant, dégrisé, le triste résultat de son geste: aboutir à ce dérisoire attentat... Ah! fi
donc! Il cherche des yeux Beppo; l'enfant a disparu. La nuit se clôt; Anthime est seul; il avise sur le pavé

le débris que tout à l'heure avait décroché sa béquille, le recueille: c'est une petite main de stuc, qu'avec

un haussement d'épaules il glisse dans la poche de son gilet.

< page précédente | 14 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.