bibliotheq.net - littérature française
 

André Gide - Les Caves du Vatican

- Non, mais vraiment vous en parlez trop à votre aise, vous qui n'avez pour _lui_ rien délaissé; vous à
qui, vrai ou faux, tout profite... Ah! tenez, j'ai besoin de m'aérer.

Penché sur la portière il toucha du bout de sa canne l'épaule du cocher et fit arrêter la voiture. Julius
s'apprêtait à descendre avec lui.

- Non! laissez-moi. J'en sais assez pour me conduire. Gardez le reste pour un roman. Pour moi, j'écris au
grand Maître de l'Ordre ce soir même, et dès demain je reprends mes chroniques scientifiques de _La

Dépêche_. On rira bien.

- Quoi! vous boitez, dit Julius, surpris de le voir de nouveau clopiner.

- Oui, depuis quelques jours, mes douleurs m'ont repris.

- Ah! vous m'en direz tant! fit Julius qui, sans le regarder s'éloigner, se rencogna dans la voiture.

VII.

Protos était-il dans l'intention de livrer Lafcadio à la police, ainsi qu'il l'en avait menacé?

Je ne sais: l'événement prouva du reste qu'il ne comptait point, parmi ces messieurs de la police, rien que
des amis. Ceux-ci, prévenus la veille par Carola, avaient dressé, vicolo dei Vecchierelli, leur souricière;

ils connaissaient de longue date la maison et savaient qu'elle offrait, à l'étage supérieur, de faciles

communications avec la maison voisine, dont ils gardèrent également les issues.

Protos ne craignait point les argousins; l'accusation ne lui faisait point peur, ni l'appareil de la justice; il
se savait peu facile à saisir, coupable en réalité d'aucun crime, et rien que de délits si menus qu'ils

échapperaient à la prise. Donc il ne s'effraya pas à l'excès lorsqu'il comprit qu'il était cerné et c'est ce qu'il

comprit très vite, ayant un flair particulier pour reconnaître, sous n'importe quel déguisement, ces

messieurs.

A peine un peu perplexe, il s'enferma d'abord dans la chambre de Carola, attendant le retour de celle-ci
qu'il n'avait pas revue depuis l'assassinat de Fleurissoire; il était désireux de lui demander conseil et

laisser quelques indications, au cas probable où il ferait du bloc.

Carola cependant, déférant aux volontés de Julius, n'avait point paru au cimetière; nul ne sut que, cachée
derrière un mausolée et sous un parapluie, elle assistait de loin à la triste cérémonie. Elle attendit

patiemment, humblement, que fussent désertés les abords de la tombe fraîche; elle vit se reformer le

cortège, Julius remonter avec Anthime et les voitures, sous la pluie fine, s'éloigner. Alors elle s'approcha

de la tombe à son tour, sortit de dessous son fichu un gros bouquet d'asters qu'elle posa, loin à l'écart des

couronnes de la famille: puis resta longuement sous la pluie, ne regardant rien, ne pensant à rien, et

pleurant faute de prières.

Lorsqu'elle revint vicolo dei Vecchierelli, elle distingua bien, sur le seuil, deux figures insolites; ne
comprit point pourtant que la maison était gardée. Il lui tardait de rejoindre Protos; ne doutant point que

ce ne fût l'assassin, elle le haïssait à présent...

Quelques instants plus tard la police accourait à ses cris: trop tard, hélas! Exaspéré de se savoir livré par
elle, Protos venait d'étrangler Carola.

< page précédente | 124 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.