bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Monsieur Bergeret à Paris

Elle le pressa dans ses beaux bras:

- Ce dont je suis le plus heureuse, c'est que tu me dois ton élection.

Elle n'y avait pas contribué de ses deniers. Les fonds, certes, n'avaient pas manqué, et le candidat
nationaliste avait puisé à plus d'une caisse. Mais la tendre Elisabeth n'avait rien donné, et Joseph Lacrisse

ne comprenait pas ce qu'elle voulait dire. Elle s'expliqua:

- J'ai fait brûler tous les jours un cierge à saint Antoine. C'est pourquoi tu as eu ta majorité. Saint Antoine
accorde tout ce qu'on lui demande. Le père Adéodat me l'a affirmé et j'en ai fait l'expérience plusieurs

fois.

Elle le couvrit de baisers. Et une idée lui vint, qu'elle trouvait belle et rappelant les usages de la
chevalerie. Elle lui demanda:

- Mon ami, les conseillers municipaux portent une écharpe, n'est-ce pas? Ces écharpes sont brodées,
dis?... Je veux t'en broder une...

Il était très fatigué. Il tomba accablé dans un fauteuil. Mais elle, agenouillée à ses pieds, murmura:

- Je t'aime!

Et la nuit seule entendit le reste.

Ce même soir, Anselme Raimondin apprit le résultat de l'élection dans son petit logement «d'enfant du
quartier», comme il disait. Il y avait sur la table de la salle à manger une douzaine de litres de vin et un

pâté froid. Son échec l'étonna.

- Je m'y attendais, dit-il.

Et il fit une pirouette. Il la fit mal et se tordit le pied.

- C'est ta faute, lui dit en manière de consolation le docteur Maufle, président de son Comité, vieux
radical à face de Silène. Tu as laissé empoisonner le quartier par les nationalistes; tu n'as pas eu le

courage de les combattre. Tu n'as rien tenté pour dévoiler leurs mensonges. Au contraire, tu as, comme

eux, avec eux, entretenu toutes les équivoques. Tu savais la vérité, tu n'as pas osé détromper les électeurs

quand il en était temps encore. Tu as été lâche. Tu es battu, c'est bien fait!

Anselme Raimondin haussa les épaules.

- Tu es un vieil enfant, Maufle. Tu ne comprends pas le sens de cette élection. Il est pourtant bien clair.
Mon échec n'a qu'une cause: le mécontentement des petits boutiquiers écrasés entre les grands magasins

et les sociétés coopératives. Ils souffrent; ils m'ont fait payer leurs souffrances. Voilà tout.

Et avec un pâle sourire:

- Ils seront bien attrapés!

XXIV

M. Bergeret, rencontrant dans une allée du Luxembourg MM. Goubin et Denis, ses élèves:

- J'ai, dit-il, une heureuse nouvelle à vous annoncer, messieurs. La paix de l'Europe ne sera pas troublée.

< page précédente | 81 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.