bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Monsieur Bergeret à Paris

régime existant et l'estime du gouvernement que l'on combat sans lui nuire. Serviteur de la monarchie
déchue, la vénération avec laquelle vous vous agenouillerez aux pieds de votre Roi rehaussera la

noblesse de votre caractère, et vous pouvez sans bassesse épuiser sur lui toutes les flatteries. Vous

pouvez également, sans inconvénient aucun, faire la leçon au Prince, lui parler avec une rude franchise,

lui reprocher ses alliances, ses abdications, ses conseillers intimes, lui dire, par exemple: «Monseigneur,

je vous avertis respectueusement que vous vous encanaillez». Les journaux recueilleront cette noble

parole. Votre renom de fidélité en grandira et vous dominerez votre propre parti du toute la hauteur de

votre âme. Avocat, député, vous avez au Palais, à la tribune, les plus beaux gestes; vous êtes

incorruptible... Et les bons Pères vous protègent. Lacrisse, connaissez votre bonheur.

Lacrisse répliqua sèchement:

- C'est peut-être drôle, ce que vous dites, Léon; mais je ne trouve pas. Et je doute que vos plaisanteries
soient très à propos.

- Je ne plaisante pas.

- Si! vous plaisantez. Vous êtes sceptique. J'ai horreur du scepticisme. C'est la négation de l'action. Moi
je suis pour l'action, toujours et quand même.

Henri Léon protesta:

- Je vous assure que je suis très sérieux.

- Eh bien! mon cher ami, j'ai le regret de vous dire que vous ne comprenez pas le moins du monde l'esprit
de votre époque. Vous avez dessiné là un bonhomme genre Berryer, qui aurait l'air d'un portrait de

famille, d'un trumeau. On pouvait lui trouver une certaine allure, à votre royaliste, sous le second Empire.

Mais je vous assure qu'aujourd'hui il paraîtrait vieux jeu et bigrement démodé. Le courtisan du malheur

serait tout bonnement ridicule, au XXe siècle. Il ne faut pas être vaincu et les faibles ont tort. Voilà notre

morale, mon cher. Est-ce que nous sommes pour la Pologne, pour la Grèce, pour la Finlande? Non, non!

Nous ne pinçons pas de cette guitare-là. On n'est pas des naïfs!... Nous avons crié «Vivent les Boërs!»

c'est vrai. Mais nous savions ce que nous faisions. C'était pour ennuyer le gouvernement en lui créant des

difficultés avec l'Angleterre, et parce que nous espérions que les Boërs seraient victorieux. D'ailleurs je

ne suis pas découragé. J'ai bon espoir que nous renverserons la République, avec l'aide des républicains.

»Ce que nous ne pouvons faire tout seuls, nous le ferons avec les nationalistes de toutes nuances. Avec
eux nous étranglerons la gueuse. Et tout d'abord il faut travailler les élections municipales.»

XXII

Joseph Lacrisse l'avait dit: il était homme d'action. L'oisiveté lui pesait. Secrétaire d'un Comité royaliste
qui n'agissait plus, il entra dans un Comité nationaliste qui agissait beaucoup. L'esprit en était violent. On

y respirait un amour haineux de la France et un patriotisme exterminateur. On y organisait des

manifestations assez farouches, qui avaient lieu soit dans les théâtres, soit dans les églises. Joseph

Lacrisse prenait la tête de ces manifestations. Lorsqu'elles avaient lieu dans les églises, madame de

Bonmont, qui était pieuse, s'y rendait en toilette sombre. Domus mea domus orationis. Un jour,

après s'être joints aux nationalistes, dans la cathédrale, pour y prier avec éclat, madame de Bonmont et

Lacrisse se mêlèrent, sur la place du Parvis, à des hommes qui exprimaient leur patriotisme par des cris

frénétiques et concertés. Lacrisse I unit sa voix à la voix de la foule, et madame de Bonmont anima les

courages par les sourires humides de ses yeux bleus et de ses lèvres rouges, qui brillaient sous la voilette.

< page précédente | 75 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.