bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Monsieur Bergeret à Paris

- ... permirent d'en établir la fausseté. L'erreur éparse ne put rejoindre ses tronçons dispersés. Finalement
il ne subsista que ce qui avait de la suite et de la continuité. La vérité possède une force d'enchaînement

que l'erreur n'a pas. Elle forma, devant l'injure et la haine impuissantes, une chaîne que rien ne peut plus

rompre. C'est à la liberté, à la licence de la presse que nous devons le triomphe de notre cause.

- Mais, vous n'êtes pas triomphants, s'écria Jumage, et nous ne sommes pas vaincus! C'est tout le
contraire. L'opinion du pays est déclarée contre vous. Toi et tes amis, j'ai le regret de te le dire, vous êtes

exécrés, honnis et conspués unanimement. Nous vaincus? tu plaisantes. Tout le pays est avec nous.

- Aussi êtes-vous vaincus par le dedans. Si je m'arrêtais aux apparences, je pourrais vous croire
victorieux et désespérer de la justice. Il y a des criminels impunis; la forfaiture et le faux témoignage sont

publiquement approuvés comme des actes louables. Je n'espère pas que les adversaires de la vérité

avouent qu'ils se sont trompés. Un tel effort n'est possible qu'aux plus grandes âmes.

»Il y a peu de changement dans l'état des esprits. L'ignorance publique a été à peine entamée. Il ne s'est
pas produit de ces brusques revirements des foules, qui étonnent. Rien n'est survenu de sensible ni de

frappant. Pourtant il n'est plus, le temps où un Président de la République abaissait au niveau de son âme

la justice, l'honneur de la patrie, les alliances de la République, où la puissance des ministres résultait de

leur entente avec les ennemis des institutions dont ils avaient la garde; temps de brutalité et d'hypocrisie

où le mépris de l'intelligence et la haine de la justice étaient à la fois une opinion populaire et une

doctrine d'Etat, où les pouvoirs publics protégeaient les porteurs de matraque, où c'était un délit de crier

«Vive la République!» Ces temps sont déjà loin de nous, comme descendus dans un passé profond,

plongés dans l'ombre des âges barbares.

»Ils peuvent revenir; nous n'en sommes séparés encore par rien de solide, ni même rien d'apparent et de
distinct. Ils se sont évanouis comme les nuages de l'erreur qui les avait formés. Le moindre souffle peut

encore ramener ces ombres. Mais quand tout conspirerait à vous fortifier, vous n'en êtes pas moins

irrémédiablement perdus. Vous êtes vaincus par le dedans, et c'est la défaite irréparable. Quand on est

vaincu du dehors, on peut continuer la résistance et espérer une revanche. Votre ruine est en vous. Les

conséquences nécessaires de vos erreurs et de vos crimes se produisent malgré vous et vous voyez avec

étonnement votre perte commencée. Injustes et violents, vous êtes détruits par votre injustice et votre

violence. Et voici que le parti énorme de l'iniquité demeuré intact, respecté, redouté, tombe et s'écroule

de lui-même.

»Qu'importe, dès lors, que les sanctions légales tardent ou manquent! La seule justice naturelle et
véritable est dans les conséquences mêmes de l'acte, non dans des formules extérieures, souvent étroites,

parfois arbitraires. Pourquoi se plaindre que de grands coupables échappent à la loi et gardent de

méprisables honneurs? Cela n'importe pas plus, dans notre état social, qu'il n'importait, dans la jeunesse

de la terre, quand déjà les grands sauriens des océans primitifs disparaissaient devant des animaux d'une

forme plus belle et d'un instinct plus heureux, qu'il restât encore, échoués sur le limon des plages,

quelques monstrueux survivants d'une race condamnée.»

Sortant de chez son ami, Jumage rencontra devant la grille du Luxembourg, le jeune M. Goubin.

- Je viens de voir Bergeret, lui dit-il. Il m'a fait de la peine. Je l'ai trouvé très accablé, très abattu.
L'Affaire l'a écrasé.

XV

< page précédente | 52 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.