bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Monsieur Bergeret à Paris

- C'est vrai, répondit Joseph Lacrisse. Et ils échangèrent un long regard.

Nulle parole mémorable ne fut dite après celle-là, en cette nuit d'été, devant les fleurs et les bougies qui
couvraient la petite table du restaurant.

L'heure vint de se quitter. Lorsque, s'étant levée, la baronne reçut de M. Joseph Lacrisse son manteau sur
ses abondantes épaules, elle tendit la main à M. de Terremondre, qui prenait congé. Il allait à pied à

Neuilly, où il avait son logis de passage.

- C'est tout près, à cinq cents pas d'ici. Je suis sûr, madame, que vous ne connaissez pas Neuilly. J'ai
découvert à Saint-James un reste de vieux parc avec un groupe de Lemoyne dans un cabinet de treillage.

Il faut que je vous montre cela, un jour.

Et déjà sa longue forme robuste s'enfonçait dans l'allée bleuie par la lune.

La baronne de Bonmont offrit aux Gromance de les reconduire chez eux dans sa voiture, une voiture de
cercle, que son frère Wallstein lui avait envoyée.

- Montez! nous tiendrons bien tous les trois.

Mais les Gromance avaient de la discrétion. Ils appelèrent un fiacre arrêté à la grille du restaurant et s'y
glissèrent si vite que la baronne ne put les retenir. Elle demeurait seule avec Joseph Lacrisse devant la

portière ouverte de sa voiture.

- Voulez-vous que je vous emmène, monsieur Lacrisse?

- Je crains de vous gêner.

- Nullement. Où voulez-vous que je vous dépose?

- A l'Étoile.

Ils s'engagèrent sur la route bleue, bordée de noir feuillage, dans la nuit silencieuse.... Et la course
s'accomplit.

La voiture s'étant arrêtée, la baronne, de la voix qu'on a en sortant d'un rêve, demanda:

- Où sommes-nous?

- A l'Étoile, hélas! répondit Joseph Lacrisse.

Et, après qu'il fut descendu, la baronne, roulant seule sur l'avenue Marceau, dans la voiture refroidie, un
oeillet blanc déchiré entre ses doigts nus, les paupières mi-closes et les lèvres entr'ouvertes, frissonnait

encore de cette ardente et douce étreinte, qui, rapprochant de sa poitrine la lettre royale, venait de mêler

pour elle à la douceur d'aimer l'orgueil de la gloire. Elle avait conscience que cette lettre communiquait à

son aventure intime une grandeur nationale et la majesté de l'histoire de France.

XI

C'était dans une maison de la rue de Berri, au fond de la cour, un petit entresol, qui recevait un jour triste
comme les pierres le long desquelles il descendait péniblement. Le fils du duc Jean, Henri de Brécé,

président du Comité exécutif, assis à son bureau, devant une feuille de papier blanc, faisait d'un pâté

< page précédente | 36 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.