bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Monsieur Bergeret à Paris

commercial ou de l'École de commerce. Je ne sais si l'École d'horlogerie de Cluses fournit encore un
motif d'exemption. Il n'était pas difficile, m'a-t-on dit, d'obtenir le brevet.

- Adhémar ne peut pourtant faire des montres, dit M. de La Barge avec quelque pudeur. - Essayez de
l'École des langues orientales, dit obligeamment M. Bergeret. C'était excellent à l'origine.

- C'est bien gâté depuis, soupira M. de La Barge.

- Il y a encore du bon. Voyez un peu dans le tamoul.

- Le tamoul, vous croyez?

- Ou le malgache.

- Le malgache, peut-être.

- Il y a aussi une certaine langue polynésienne qui n'était plus parlée, au commencement de ce siècle, que
par une vieille femme jaune. Cette femme mourut laissant un perroquet. Un savant allemand recueillit

quelques mots de cette langue sur le bec du perroquet. Il en fit un lexique. Peut-être ce lexique est-il

enseigné à l'École des langues orientales. Je conseille vivement à monsieur votre fils de s'en informer.

Sur cet avis, M. Panneton de La Barge salua et se retira pensif.

VI

Les choses se passèrent comme elles devaient se passer. M. Bergeret chercha un appartement; ce fut sa
soeur qui le trouva. Ainsi l'esprit positif eut l'avantage sur l'esprit spéculatif. Il faut reconnaître que

mademoiselle Bergeret avait bien choisi. Il ne lui manquait ni l'expérience de la vie ni le sens du

possible. Institutrice, elle avait habité la Russie et voyagé en Europe. Elle avait observé les moeurs

diverses des hommes. Elle connaissait le monde: cela l'aidait à connaître Paris.

- C'est là, dit-elle à son frère, en s'arrêtant devant une maison neuve qui regardait le jardin du
Luxembourg.

- L'escalier est décent, dit M. Bergeret, mais un peu dur.

- Tais-toi Lucien. Tu es encore assez jeune pour monter sans fatigue cinq petits étages.

- Tu crois? répondit Lucien flatté.

Elle prit soin encore de l'avertir que le tapis allait jusqu'en haut.

Il lui reprocha en souriant d'être sensible à de petites vanités.

- Mais peut-être, ajouta-t-il, recevrais-je moi-même l'impression d'une légère offense si le tapis s'arrêtait
à l'étage inférieur au mien. On fait profession de sagesse, et l'on reste vain par quelque endroit. Cela me

rappelle ce que j'ai vu hier, après déjeuner, en passant devant une église.

Les degrés du parvis étaient couverts d'un tapis rouge que venait de fouler, après la cérémonie, le cortège
d'un grand mariage. De petits mariés pauvres et leur pauvre compagnie attendaient, pour entrer dans

l'église, que la noce opulente en fût toute sortie. Ils riaient à l'idée de gravir les marches sur cette pourpre

inattendue, et la petite mariée avait déjà posé ses pieds blancs sur le bord du tapis. Mais le suisse lui fit

signe de reculer. Les employés des pompes nuptiales roulèrent lentement l'étoffe d'honneur, et c'est

< page précédente | 19 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.