bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et Autres Contes Merveilleux

- C'est, dit Quatrefeuilles, un riche tempérament. Sa chemise ne pourra que faire du bien à Sa Majesté.
Allons la quérir.

Ils furent introduits dans un hall vaste et sonore comme une salle de café-concert. Un orgue, élevé de
trois marches, couvrait un pan de la muraille de son buffet aux tuyaux sans nombre. Coiffé d'un bonnet

de doge, vêtu d'une dalmatique de brocart, Sigismond Dux improvisait des mélodies et sous ses doigts

naissaient des sons qui troublaient les âmes et faisaient fondre les coeurs. Sur les trois marches tendues

de pourpre, une troupe de femmes couchées, magnifiques ou charmantes, longues, minces et serpentines,

ou rondes, drues, d'une splendeur massive, toutes également belles de désir et d'amour, ardentes et

pâmées, se tordaient à ses pieds. Dans tout le hall, une foule frémissante de jeunes Américaines, de

financiers israélites, de diplomates, de danseuses, de cantatrices, de prêtres catholiques, anglicans et

bouddhistes, de princes noirs, d'accordeurs de pianos, de reporters, de poètes lyriques, d'impresarii, de

photographes, d'hommes habillés en femmes et de femmes habillées en hommes, pressés, confondus,

amalgamés, ne formaient qu'une seule masse adorante, au-dessus de laquelle, grimpées aux colonnes, à

cheval sur les candélabres, pendues aux lustres, s'agitaient de jeunes et agiles dévotions. Ce peuple

immense nageait dans l'ivresse: c'était ce qu'on appelait une matinée intime.

L'orgue se tut. Une nuée de femmes enveloppa le maître qui, par moments, en sortait à demi, comme un
astre lumineux, pour s'y replonger aussitôt. Il était doux, câlin, lascif, glissant. Aimable, pas plus fat qu'il

ne fallait, grand comme le monde et mignon comme un amour, en souriant, il montrait dans sa barbe

grise des dents de jeune enfant et disait à toutes des choses faciles et jolies qui les enchantaient, et qu'on

ne pouvait retenir tant elles étaient ténues, de sorte que le charme en demeurait tout entier, embelli de

mystère. Il était pareillement affable et bon avec les hommes et, voyant Saint-Sylvain, il l'embrassa trois

fois et lui dit qu'il l'aimait chèrement. Le secrétaire du roi ne perdit pas de temps: il lui demanda deux

mots d'entretien confidentiel de la part du roi et, lui ayant expliqué sommairement de quelle importante

mission il était chargé, il lui dit: - Maître, donnez-moi votre che...

Il s'arrêta, voyant les traits de Sigismond Dux subitement décomposés.

Un orgue de barbarie s'était mis à moudre dans la rue la Polka des Jonquilles. Et, dès les premières
mesures, le grand homme avait pâli. Cette Polka des Jonquilles, le caprice de la saison, était d'un pauvre

violon de bastringue, nommé Bouquin, obscur et misérable. Et le maître couronné de quarante ans de

gloire et d'amour ne pouvait souffrir qu'un peu de louange s'égarât sur Bouquin ; il en ressentait comme

une insupportable offense. Dieu lui-même est jaloux et s'afflige de l'ingratitude des hommes. Sigismond

Dux ne pouvait entendre la Polka des Jonquilles sans tomber malade. Il quitta brusquement Saint

Sylvain, la foule de ses adorateurs, le magnifique troupeau de ses femmes pâmées et courut dans son

cabinet de toilette vomir une cuvette de bile.

- Il est a plaindre, soupira Saint-Sylvain.

Et, tirant Quatrefeuilles par ses basques, il franchit le seuil du musicien malheureux.

CHAPITRE XII. SI LE VICE EST UNE VERTU

Durant quatorze mois, du matin au soir et du soir au matin, ils fouillèrent la ville et les environs,
observant, examinant, interrogeant en vain. Le roi, dont les forces diminuaient de jour en jour et qui se

faisait maintenant une idée de la difficulté d'une semblable recherche, donna l'ordre à son ministre de

l'Intérieur d'instituer une commission extraordinaire, chargée, sous la direction de MM. Quatrefeuilles,

Chaudesaigues, Saint Sylvain et Froidefond, de procéder, avec pleins pouvoirs, à une enquête secrète sur

< page précédente | 63 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.