bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et Autres Contes Merveilleux

de lieux de plaisir dans ma capitale? N'y a-t-il plus de restaurants de nuit? Mon préfet de police a fait
fermer tous les claquedents: n'en sont-ils pas moins ouverts? Mais je n'aurai pas besoin d'aller dans les

cercles. Je trouverai ce que je cherche dans la rue, sur les bancs.

A peine habillé, Christophe V enjamba madame de la Poule qui se tordait à terre dans des convulsions,
dégringola les escaliers et traversa le jardin à la course. Quatrefeuilles et Saint-Sylvain, consternés, le

suivaient de loin, en silence.

CHAPITRE X. SI LE BONHEUR EST DE NE SE PLUS SENTIR

Parvenu à la grande route, ombragée de vieux ormes, qui bordait le Parc royal, il aperçut un homme
jeune et d'une admirable beauté qui, appuyé contre un arbre, contemplait avec une expression d'allégresse

les étoiles qui traçaient dans le ciel pur leurs signes étincelants et mystérieux. La brise agitait sa

chevelure bouclée, un reflet des clartés célestes brillait dans son regard.

« J'ai trouvé ! » pensa le roi.

Il s'approcha de ce jeune homme riant et si beau, qui tressaillit légèrement à sa vue.

- Je regrette, monsieur, dit le prince, de troubler votre rêverie. Mais la question que je vais vous faire est
pour moi d'un intérêt vital . Ne refusez pas de répondre à un homme qui est peut-être à même de vous

obliger, et qui ne sera pas ingrat. Monsieur, êtes-vous heureux?

- Je le suis.

- Ne manque-t-il rien à votre bonheur?

- Rien. Sans doute, il n'en a pas toujours été ainsi. J'ai, comme tous les hommes, éprouvé le mal de vivre
et peut-être l'ai-je éprouvé plus douloureusement que la plupart d'entre eux. Il ne me venait ni de ma

condition particulière, ni de circonstances fortuites, mais du fond commun à tous les hommes et à tout ce

qui respire ; j'ai connu un grand malaise: il est entièrement dissipé. Je goûte un calme parfait, une douce

allégresse ; tout en moi est contentement, sérénité, satisfaction profonde ; une joie subtile me pénètre tout

entier. Vous me voyez, monsieur, au plus beau moment de ma vie, et, puisque la fortune me fait vous

rencontrer, je vous prends à témoin de mon bonheur. Je suis enfin libre, exempt des craintes et des

terreurs qui assaillent les hommes, des ambitions qui les dévorent et des folles espérances qui les

trompent. Je suis au dessus de la fortune ; j'échappe aux deux invincibles ennemis des hommes, l'espace

et le temps. Je peux braver les destins. Je possède un bonheur absolu et me confonds avec la divinité. Et

cet heureux état est mon ouvrage ; il est dû à une résolution que j'ai prise, si sage, si bonne, si belle, si ver

tueuse, si efficace, qu'à la tenir on se divinise.

» Je nage dans la joie, je suis magnifiquement ivre. Je prononce avec une entière conscience et dans la
plénitude sublime de sa signification ce mot de toutes les ivresses, de tous les enthousiasmes et de tous

les ravissements: « Je ne me connais plus ! »

Il tira sa montre.

- C'est l'heure. Adieu.

- Un mot encore, monsieur. Vous pouvez me sauver. Je...

- On n'est sauvé qu'en me prenant pour exemple. Vous devez me quitter ici. Adieu !

< page précédente | 61 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.