bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et Autres Contes Merveilleux

château, ils s'en prirent l'un à l'autre de leur mécompte.

- Quelle idée aussi aviez-vous, Quatrefeuilles, d'aller chez ces gens-là pour faire autre chose que des
observations tératologiques? Moeurs, idées, sensations, rien n'est sain, rien n'est normal en eux. Ce sont

des monstres.

- Quoi ! ne m'avez-vous pas dit, Saint-Sylvain, que la richesse est une vertu, qu'il est juste de croire à la
bonté des riches et doux de croire à leur bonheur? Mais prenez-y bien garde: il y a richesse et richesse.

Quand la noblesse est pauvre et la roture riche, c'est la subversion de l'État et la fin de tout.

- Quatrefeuilles, je suis fâché de vous le dire: vous n'avez aucune idée de la constitution des États
modernes. Vous ne comprenez pas l'époque où vous vivez. Mais cela ne fait rien. Si maintenant nous

tâtions de la médiocrité dorée? Qu'en pensez- vous? je crois que nous ferions sagement d'assister demain

aux réceptions des dames de la ville, bourgeoises et titrées. Nous y pourrons observer toutes espèces de

gens, et, si vous m'en croyez, nous visiterons d'abord les bourgeoises de condition modeste.

CHAPITRE VIII. LES SALONS DE LA CAPITALE

Ainsi firent-ils. Ils se présentèrent d'abord chez madame Souppe, femme d'un fabricant de pâtes
alimentaires qui avait une usine dans le Nord. Ils y trouvèrent monsieur et madame Souppe malheureux

de n'être pas reçus chez madame Esterlin, femme du maître de forges, député au parlement. Ils allèrent

chez madame Esterlin et l'y trouvèrent désolée, ainsi que M. Esterlin, de n'être pas reçue chez madame

du Colombier, femme du pair du royaume, ancien ministre de la Justice. Ils allèrent chez madame du

Colombier et y trouvèrent le pair et la pairesse enragés de n'être pas dans l'intimité de la reine.

Les visiteurs qu'ils rencontrèrent dans ces diverses maisons n'étaient pas moins malheureux, désolés,
enragés. La maladie, les peines de coeur, les soucis d'argent les rongeaient. Ceux qui possédaient,

craignant de perdre, étaient plus infortunés que ceux qui ne possédaient pas. Les obscurs voulaient

paraître, les illustres paraître davantage. Le travail accablait la plupart ; et ceux qui n'avaient rien à faire

souffraient d'un ennui plus cruel que le travail. Plusieurs pâtissaient du mal d'autrui, souffraient des

souffrances d'une femme, d'un enfant aimés, Beaucoup dépérissaient d'une maladie qu'ils n'avaient pas,

mais qu'ils croyaient avoir ou dont ils craignaient les atteints.

Une épidémie de choléra venait de sévir dans la capitale et l'on citait un financier qui, de peur d'être
atteint par la contagion et ne connaissant pas de retraite assez sûre, se suicida.

- Le pis, disait Quatrefeuilles, c'est que tous ces gens-là, non contents des maux réels qui pleuvent sur
eux dru comme grêle, se plongent dans une mare de maux imaginaires.

- Il n'y a pas de maux imaginaires, répondait Saint-Sylvain Tous les maux sont réels des qu'on les
éprouve, et le rêve de la douleur est une, douleur véritable.

- C'est égal, répliquait Quatrefeuilles. Quand je pisse des pierres grasses comme un oeuf de canard, je
voudrais bien que ce fût en rêve.

Cette fois encore Saint-Sylvain observa que bien souvent les hommes s'affligent pour des raisons
opposées et contraires.

Il causa successivement, dans le salon de madame du Colombier, avec deux hommes de haute
intelligence, éclairés, cultivés, qui, par les tours et détours qu'à leur insu ils imprimaient à leur pensée, lui

< page précédente | 56 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.