bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et Autres Contes Merveilleux

inimitables .

M. de Saint-Sylvain, sans avoir pratiqué Rodrigue, avait en lui une foi absolue et y croyait comme en
Dieu.

Il supplia le roi de faire appeler le docteur qui opérait des miracles. Ce fut en vain.

- Je m'en tiens, dit Christophe V, à Saumon et Machellier, je les connais, je sais qu'ils ne sont capables de
rien ; tandis que je ne sais pas ce dont est capable ce Rodrigue.

CHAPITRE II. LE REMÈDE DU DOCTEUR RODRIGUE

Le roi n'avait jamais beaucoup aimé ses deux médecins ordinaires. Après six mois de maladie, ils lui
devinrent tout à fait insupportables ; du plus loin qu'il voyait les belles moustaches qui couronnaient le

sourire éternel et victorieux du docteur Saumon et les deux cornes de cheveux noirs collées sur le crâne

de Machellier, il grinçait des dents et détournait farouchement le regard. Une nuit, il jeta par la fenêtre

leurs potions, leurs globules et leurs poudres, qui remplissaient la chambre d'une odeur fade et triste. Non

seulement il ne fit plus rien de ce qu'ils lui ordonnaient, mais il prit grand soin d'observer au rebours leurs

prescriptions: il demeurait étendu quand ils lui recommandaient l'exercice, s'agitait quand ils lui

ordonnaient le repos, mangeait quand ils le mettaient à la diète, jeûnait quand ils préconisaient la

suralimentation ; et montrait à madame de la Poule une ardeur si inusitée qu'elle n'en pouvait croire le

témoignage de ses sens et pensait rêver. Pourtant, il ne guérissait point, tant il est vrai que la médecine est

un art décevant et que ses préceptes, en quelque sens qu'on les prenne, sont également vains. Il n'en allait

pas plus mal, mais il n'en allait pas mieux.

Ses douleurs abondantes et variées ne le quittaient pas. Il se plaignait de ce qu'une fourmilière s'était
établie dans son cerveau et que cette colonie industrieuse et guerrière y creusait des galeries, des

chambres, des magasins, y transportait des vivres, des matériaux, y déposait des oeufs par milliards, y

nourrissait les jeunes, y soutenait des sièges, donnait, repoussait des assauts, s'y livrait des combats

acharnés. Il sentait, disait-il, quand une guerrière tranchait de ses mandibules acérées le dur et mince

corselet de l'ennemie.

- Sire, lui dit M. de Saint-Sylvain, faites venir le docteur Rodrigue. Il vous guérira sûrement.

Mais le roi haussa les épaules et, dans un moment de faiblesse et d'absence, il redemanda des potions et
se remit au régime. Il ne retourna plus chez madame de la Poule et prit avec zèle des pilules de nitrate

d'aconitine qui étaient alors dans leur claire nouveauté et leur radieuse jeunesse. A la suite de cette

abstinence et de ces soins, il fut saisi d'un tel accès de suffocation que la langue lui sortait de la bouche et

les yeux de la tête. On mettait son lit debout comme une horloge et son visage congestionné y faisait un

cadran rouge.

- C'est le plexus cardiaque qui est en pleine révolte, dit le professeur Machellier.

- En grande effervescence, ajouta le docteur Saumon.

M. de Saint-Sylvain trouva l'occasion bonne pour recommander une fois encore le docteur Rodrigue,
mais le roi déclara qu'il n'avait pas besoin d'un médecin de plus.

- Sire, répliqua Saint-Sylvain, le docteur Rodrigue n'est pas un médecin.

< page précédente | 39 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.