bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et Autres Contes Merveilleux

HISTOIRE DE LA DUCHESSE DE CICOGNE ET DE M. DE BOULINGRIN QUI DORMIRENT
CENT ANS EN COMPAGNIE DE LA BELLE-AU-BOIS-DORMANT

===============================================================

- -I - -

L'histoire de la Belle-au-Bois-dormant est bien connue ; on en a d'excellents récits en vers et en prose. Je
n'entreprendrai pas de la conter de nouveau ; mais, ayant eu communication de plusieurs mémoires du

temps, restés inédits, j'y ai trouvé des anecdotes relatives au roi Cloche et à la reine Satine, dont la fille

dormit cent ans, ainsi qu'a divers personnages de la Cour qui partagèrent le sommeil de la princesse. Je

me propose de communiquer au public ce qui, dans ces révélations, m'a paru le plus intéressant.

Après plusieurs années de mariage, la reine Satine donna au roi son époux une fille qui reçut les noms de
Paule-Marie-Aurore. Les fêtes du baptême furent réglées, par le duc des Hoisons, grand maître des

cérémonies, d'après un formulaire qui datait de l'empereur Honorius et ou l'on ne pouvait rien déchiffrer

tant il était moisi et rongé des rats.

Il y avait encore des fées en ce temps-là, et celles qui étaient titrées allaient à la Cour. Sept d'entre elles
furent priées d'être marraines, la reine Titania, la reine Mab, la sage Viviane, élevée par Merlin dans l'art

des enchantements, Mélusine, dont Jean d'Arras écrivit l'histoire et qui devenait serpente tous les samedis

(mais le baptême se fit un dimanche), Urgèle, la blanche Anna de Bretagne et Mourgue qui emmena

Ogier le Danois dans le pays d'Avalon.

Elles parurent au château en robes couleur du temps, du soleil, de la lune, et des nymphes, et tout
étincelantes de diamants et de perles. Comme chacun prenait place à table, on vit entrer une vieille fée,

nommée Alcuine, qu'on n'avait pas invitée.

- Ne vous fâchez pas, madame, lui dit le roi, de n'être point parmi les personnes priées à cette fête ; on
vous croyait enchantée ou morte.

Les fées mouraient sans doute puisqu'elles vieillissaient. Elles ont toutes fini par mourir et chacun sait
que Mélusine est devenue en enfer « souillarde de cuisine ». Par l'effet d'un enchantement, elles

pouvaient être enfermées dans un cercle magique, dans un arbre, dans un buisson, dans une pierre, ou

changées en statue, en biche, en colombe, en tabouret, en bague, en pantoufle. Mais en réalité ce n'était

pas parce qu'on la pensait enchantée ou trépassée, qu'on n'avait pas invité la fée Alcuine ; c'était qu'on

avait jugé sa présence au banquet contraire à l'étiquette. Madame de Maintenon a pu dire sans la moindre

exagération qu'« il n'y a point dans les couvents d'austérités pareilles à celles auxquelles l'étiquette de la

Cour assujettit les grands ». Conformément au royal vouloir de son souverain, le duc des Hoisons, grand

maître des cérémonies, s'était refusé à prier la fée Alcuine, à qui manquait un quartier de noblesse pour

être admise à la Cour. Aux ministres d'État représentant qu'il était de la plus grande importance de

ménager cette fée vindicative et puissante, dont on se faisait une ennemie dangereuse en l'excluant des

fêtes, le roi avait répondu péremptoirement qu'il ne saurait l'inviter puisqu'elle n'était pas née.

Ce malheureux monarque, plus encore que ses prédécesseurs, était esclave de l'étiquette. Son obstination
a soumettre les plus grands intérêts et les devoirs les plus pressants aux moindres exigences d'un

cérémonial suranné a plus d'une fois causé à la monarchie de graves dommages et fait courir au royaume

de redoutables périls. De tous ces périls et de tous ces dommages, ceux auxquels Cloche exposait sa

maison en refusant de faire fléchir l'étiquette en faveur d'une fée sans naissance, mais illustre et

redoutable, n'étaient ni les plus difficiles à prévoir ni les moins urgents à conjurer.

< page précédente | 28 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.