bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et Autres Contes Merveilleux

étouffaient. J'avais une nièce florissante de beauté, de vertu, de piété, et les trois enfants que j'ai tirés du
saloir l'ont réduite à l'état misérable où je la vois. L'un la dépouille de tous ses biens, source abondante

d'aumônes, patrimoine des pauvres ; un autre lui ôte l'honneur ; le troisième la rend hérétique.

Et il se jeta sur la dalle, embrassant sa nièce, la suppliant de renoncer à un genre de vie si condamnable,
l'adjurant avec des larmes de se vêtir et de marcher sur ses pieds comme une créature humaine, rachetée

par le sang de Jésus Christ.

Mais elle ne répondit que par des glapissements aigus et des hurlements lamentables.

Bientôt la ville de Trinqueballe fut remplie d'hommes et de femmes nus, qui marchaient à quatre pattes
en aboyant ; ils se nommaient les Edéniques et voulaient ramener le monde aux temps de la parfaite

innocence, avant la création malheureuse d'Adam et d'Ève. Le R. P. dominicain Gilles Caquerole,

inquisiteur de la foi dans la cité, université et province ecclésiastique de Trinqueballe, s'inquiéta de cette

nouveauté et commença à la poursuivre curieusement. Il invita de la façon la plus instante, par lettres

scellées de son sceau, le seigneur évêque Nicolas à appréhender, incarcérer, interroger et juger, de

concert avec lui, ces ennemis de Dieu et notamment leurs chefs principaux, le moine franciscain Sulpice

et une femme dissolue nommée Mirande. Le grand saint Nicolas brûlait d'un zèle ardent pour l'unité de

l'Église et la destruction de l'hérésie ; mais il aimait chèrement sa nièce. Il la cacha dans son palais

épiscopal et refusa de la livrer à l'inquisiteur Caquerole, qui le dénonça au pape comme fauteur de

troubles et propagateur d'une nouveauté très détestable. Le pape enjoignit a Nicolas de ne pas soustraire

plus longtemps la coupable à ses juges légitimes. Nicolas éluda l'injonction, protesta de son obéissance et

n'obéit pas. Le pape fulmina contre lui la bulle Maleficus pastor, dans laquelle le vénérable pontife était

traité de désobéissant, d'hérétique ou fleurant l'hérésie, de concubinaire, d'incestueux, de corrupteur des

peuples, de vieille femme et d'olibrius, et véhémentement admonesté.

L'évêque se fit de la sorte un grand tort sans profit pour sa nièce bien-aimée. Le roi Berlu, menacé
d'excommunication s'il ne prêtait pas son bras a l'Église pour la recherche des Edéniques, envoya à

l'évêché de Trinqueballe des gens d'armes, qui arrachèrent Mirande à son asile ; elle fut traînée devant

l'inquisiteur Caquerole, jetée dans un cul de basse fosse et nourrie du pain que refusaient les chiens des

geôliers ; mais ce qui l'affligeait le plus, c'est qu'on lui avait mis de force une vieille cotte et un chaperon

et qu'elle n'était plus sûre de ne pas pécher. Le moine Sulpice échappa aux recherches du Saint-Office,

réussit à gagner la Mambournie et trouva asile dans un monastère de ce royaume, où il fonda de

nouvelles sectes plus pernicieuses que les précédentes.

Cependant l'hérésie, fortifiée par la persécution et s'exaltant dans le péril, étendait maintenant ses ravages
sur toute la Vervignole ; on voyait par le royaume, dans les champs, des milliers d'hommes et de femmes

nus qui paissaient l'herbe, bêlaient, meuglaient, mugissaient, hennissaient et disputaient, le soir, aux

moutons, aux boeufs et aux chevaux l'étable, la crèche et l'écurie. L'inquisiteur manda au Saint-Père ces

scandales horribles et l'avertit que le mal ne ferait que croître, tant que le protecteur des Edéniques,

l'odieux Nicolas, resterait assis sur le siège de saint Cromadaire. Conformément à cet avis, le pape

fulmina contre l'évêque de Trinqueballe la bulle Deterrima quondam par laquelle il le destituait de ses

fonctions épiscopales et le retranchait de la communion des fidèles.

- -VI - -

Foudroyé par le vicaire de Jésus-Christ, abreuvé d'amertume, accablé de douleur, le saint homme Nicolas
descendit sans regret de son siège illustre et quitta, pour n'y plus revenir, la ville de Trinqueballe, témoin,

< page précédente | 26 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.