bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et Autres Contes Merveilleux

- Regardez, dit-il, ce buisson touffu et parfumé, ce beau bois-de-mai, cette noble épine si vive et si forte ;
voyez qu'elle est plus copieuse en feuilles et plus glorieuse en fleurs, que toutes les autres épines de la

haie. Mais observez aussi que l'écorce pâle de ses branches porte des épines en petit nombre, faibles,

molles, épointées. D'où vient cela? C'est que, nourrie dans un sol humide et gras, tranquille et sûre des

richesses qui soutiennent sa vie, elle a employé les sucs de la terre à croître sa puissance et sa gloire, et,

trop robuste pour songer à s'armer contre ses faibles ennemis, elle est toute aux joies de sa fécondité

magnifique et délicieuse. Faites maintenant quelques pas sur le sentier qui monte et tournez vos regards

sur cet autre pied d'aubépine, qui, laborieusement sorti d'un sol pierreux et sec, languit, pauvre en bois,

en feuilles, et n'a pensé, dans sa rude vie, qu'à s'armer et à se défendre contre les ennemis innombrables

qui menacent les êtres débiles. Aussi n'est-il qu'un fagot d'épines. Le peu qui lui montait de sève, il l'a

dépensé à construire des dards innombrables, larges à la base, durs, aigus, qui rassurent mal sa faiblesse

craintive. Il ne lui est rien resté pour la fleur odorante et féconde. Mes amis, il en est de nous comme de

l'aubépine. Les soins donnés à notre enfance nous font meilleurs. Une éducation trop dure nous durcit.

- -III - -

Quand il toucha à sa dix-septième année, Maxime remplit le saint évêque Nicolas de tribulation et le
diocèse de scandale en formant et instruisant une compagnie de vauriens de son âge, en vue d'enlever les

filles d'un village nommé les Grosses-Nattes, situé à quatre lieues au nord de Trinqueballe. L'expédition

réussit merveilleusement. Les ravisseurs rentrèrent la nuit dans la ville, serrant contre leurs poitrines les

vierges échevelées, qui levaient en vain au ciel des yeux ardents et des mains suppliantes. Mais quand les

pères, frères et fiancés de ces filles ravies vinrent les chercher, elles refusèrent de retourner au pays natal,

alléguant qu'elles y sentiraient trop de honte, et préférant cacher leur déshonneur dans les bras qui

l'avaient causé. Maxime qui, pour sa part, avait pris les trois plus belles, vivait en leur compagnie dans un

petit manoir dépendant de la mense épiscopale. Sur l'ordre de l'évêque, le diacre Modernus vint, en

l'absence de leur ravisseur, frapper a leur porte, annonçant qu'il les venait délivrer. Elles refusèrent

d'ouvrir, et comme il leur représentait l'abomination de leur vie, elles lui lâchèrent sur la tête une potée

d'eau de vais selle avec le pot, dont il eut le crâne fêlé.

Armé d'une douce sévérité, le saint évêque Nicolas reprocha cette violence et ce désordre à Maxime:

- Hélas ! lui dit-il, vous ai-je tiré du saloir pour la perte des vierges de Vervignole?

Et il lui remontra la grandeur de sa faute. Mais Maxime haussa les épaules et lui tourna le dos sans faire
de réponse.

En ce moment-là, le roi Berlu, dans la quatorzième année de son règne, assemblait une puissante armée
pour combattre les Mambourniens, obstinés ennemis de son royaume, et qui, débarqués en Vervignole,

ravageaient et dépeuplaient les plus riches provinces de ce grand pays.

Maxime sortit de Trinqueballe sans dire adieu à personne. Quand il fut à quelques lieues de la ville,
avisant dans un pâturage une jument assez bonne, à cela près qu'elle était borgne et boiteuse, il sauta

dessus et lui fit prendre le galop. Le lendemain matin, rencontrant d'aventure un garçon de ferme, qui

menait boire un grand cheval de labour, il mit aussitôt pied à terre, enfourcha le grand cheval, ordonna au

garçon de monter la jument borgne et de le suivre, lui promettant de le prendre pour écuyer s'il était

content de lui. Dans cet équipage Maxime se présenta au roi Berlu, qui agréa ses services. Il devint en

peu de jours un des plus grands capitaines de Vervignole.

Cependant Sulpice donnait au saint évêque des sujets d'inquiétude plus cruels peut-être et certainement

< page précédente | 19 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.