bibliotheq.net - littérature française
 

La rotisserie de la Reine Pedauque

Anatole France

[Note: Le manuscrit original, d'une belle écriture du XVIIIe siècle, porte en sous-titre: Vie et opinions
de M. l'abbé Jérôme Coignard
. (NOTE DE L'ÉDITEUR.)]

J'ai dessein de rapporter les rencontres singulières de ma vie. Il y en a de belles et d'étranges. En les
remémorant, je doute moi-même si je n'ai pas rêvé. J'ai connu un cabbaliste gascon dont je ne puis dire

qu'il était sage, car il périt malheureusement, mais qui me tint, une nuit, dans l'île aux Cygnes, des

discours sublimes que j'ai eu le bonheur de retenir et le soin dé mettre par écrit. Ces discours avaient trait

à la magie et aux sciences occultes, dont on est aujourd'hui fort entêté. On ne parle que de Rose-Croix.*

Au reste, je ne me flatte pas de tirer grand honneur de ces révélations. Les uns diront que j'ai tout inventé

et que ce n'est pas la vraie doctrine; les autres que je n'ai dit que ce que tout le monde savait. J'avoue que

je ne suis pas très instruit dans la cabbale, mon maître ayant péri au début de mon initiation. Mais le peu

que j'ai appris de son art me fait véhémentement soupçonner que tout en est illusion, abus et vanité. Il

suffit, d'ailleurs, que la magie soit contraire à la religion pour que je la repousse de toutes mes forces.

Néanmoins, je crois devoir m'expliquer sur un point de cette fausse science, pour qu'on ne m'y juge pas

plus ignorant encore que je ne le suis. Je sais que les cabbalistes pensent généralement que les Sylphes,

les Salamandres, les Elfes, les Gnomes et les Gnomides naissent avec une âme périssable comme leur

corps et qu'ils acquièrent l'immortalité par leur commerce avec les mages.** Mon cabaliste enseignait, au

contraire, que la vie éternelle n'est le partage d'aucune créature, soit terrestre, soit aérienne. J'ai suivi son

sentiment sans prétendre m'en faire juge.

* Ceci fut écrit dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. (NOTE DE
L'ÉDITEUR.)

** Cette opinion est soutenue notamment dans un petit livre de l'abbé
Montfaucon de Villars: Le comte de Gabalis ou Entretiens sur les

sciences secrètes et mystérieuses suivant les principes des

anciens mages ou sages cabbalistes.
Il y en a plusieurs éditions.
Je me contenterai de signaler celle d'Amsterdam (chez Jacques Le

Jeune, 1700, in-18, figures) qui contient une seconde partie, qui

n'est pas dans l'édition originale. (NOTE DE L'ÉDITEUR.).

Il avait coutume de dire que les Elfes tuent ceux qui révèlent leurs mystères et il attribuait à la vengeance
de ces esprits la mort de M. l'abbé Coignard, qui fut assassiné sur la route de Lyon. Mais je sais bien que

cette mort, à jamais déplorable, eut une cause plus naturelle. Je parlerai librement des Génies de l'air et

du feu. Il faut savoir courir quelques risques dans la vie, et celui des Elfes est extrêmement petit.

J'ai recueilli avec zèle les propos de mon bon maître, M. l'abbé Jérôme Coignard, qui périt comme je
viens de le dire. C'était un homme plein de science et de piété. S'il avait eu l'âme moins inquiète, il aurait

égalé en vertu M. l'abbé Rollin, qu'il surpassait de beaucoup par l'étendue du savoir et la profondeur de

l'intelligence. Il eut du moins, dans les agitations d'une vie troublée, l'avantage sur M. Rollin de ne point

< page précédente | 1 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.