bibliotheq.net - littérature française
 

L'Étui de nacre

Anatole France

 

LE PROCURATEUR DE JUDÉE
AMYCUS ET CÉLESTIN
LA LÉGENDE DES SAINTES OLIVERIE ET LIBERETTE
SAINTE EUPHROSINE
SCOLASTICA
LE JONGLEUR DE NOTRE-DAME
LA MESSE DES OMBRES
LESLIE WOOD
GESTAS
LE MANUSCRIT D'UN MÉDECIN DE VILLAGE
MÉMOIRES D'UN VOLONTAIRE
L'AUBE
MADAME DE LUZY
LA MORT ACCORDÉE
ANECDOTE DE FLORÉAL, AN II
LA PERQUISITION
LE PETIT SOLDAT DE PLOMB

LE PROCURATEUR DE JUDÉE

L. AELIUS LAMIA, né en Italie de parents illustres, n'avait pas encore quitté la robe prétexte, quand il
alla étudier la philosophie aux écoles d'Athènes. Il demeura ensuite à Rome et mena, dans sa maison des

Esquilies, parmi de jeunes débauchés, une vie voluptueuse. Mais, accusé d'entretenir des relations

criminelles avec Lepida, femme de Sulpicius Quirinus, personnage consulaire, et reconnu coupable, il fut

exilé par Tibère César. Il entrait alors dans sa vingt-quatrième année. Pendant dix-huit ans que dura son

exil, il parcourut la Syrie, la Palestine, la Cappadoce, l'Arménie, et fit de longs séjours à Antioche, à

Césarée, à Jérusalem. Quand, après la mort de Tibère, Caïus fut élevé à l'empire, Lamia obtint de rentrer

dans la Ville; il recouvra même une partie de ses biens. Ses misères l'avaient rendu sage.

Il évita tout commerce avec les femmes de condition libre, ne brigua point les emplois publics, se tint
éloigné des honneurs et vécut caché dans sa maison des Esquilies. Mettant par écrit ce qu'il avait vu de

remarquable en ses lointains voyages, il faisait, disait-il, de ses peines passées le divertissement des

heures présentes. C'est au milieu de ces paisibles travaux et dans la méditation assidue des livres

d'Épicure, qu'avec un peu de surprise et quelque chagrin il vit venir la vieillesse. En sa

soixante-deuxième année, tourmenté d'un rhume assez incommode, il alla prendre les eaux de Baies. Ce

rivage, jadis cher aux alcyons, était alors fréquenté par les Romains riches et avides de plaisirs. Depuis

une semaine, Lamia vivait seul et sans ami dans leur foule brillante, quand, un jour, après dîner, se

sentant dispos, il lui prit la fantaisie de gravir les collines qui, couvertes de pampres comme des

bacchantes, regardent les flots.

Ayant atteint le sommet, il s'assit au bord d'un sentier, sous un térébinthe, et laissa errer sa vue sur le

< page précédente | 1 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.