bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Crainquebille, Putois, Riquet et plusieurs autres récits profitables

M. le curé, en l'y retrouvant le matin, tomba à genoux et pria longtemps. Le bruit de ce miracle se
répandit tout alentour, et les dames d'Amiens firent des quêtes pour le Christ de Saint-Valéry. Et M.

Truphème reçut de Paris de l'argent et des bijoux, et la femme du ministre de la Marine, Mme Hyde de

Neuville, lui envoya un coeur de diamants. En disposant de toutes ces richesses, un orfèvre de la rue de

Saint-Sulpice composa, en deux ans, une croix d'or et de pierreries qui fut inaugurée en grande pompe

dans l'église de Saint-Valéry, le deuxième dimanche après Pâques de l'année 18... Mais Celui qui n'avait

pas refusé la croix douloureuse, s'échappa de cette croix si riche, et alla s'étendre de nouveau sur le lin

blanc de l'autel.

De peur de l'offenser, on l'y laissa, cette fois, et il y reposait depuis plus de deux ans quand Pierre, le fils
à Pierre Caillou, vint dire à M. le curé Truphème qu'il avait trouvé sur la grève la vraie croix de

Notre-Seigneur.

Pierre était un innocent, et comme il n'avait pas assez de raison pour gagner sa vie, on lui donnait du
pain, par charité ; il était aimé parce qu'il ne faisait jamais de mal. Mais il tenait des propos sans suite,

que personne n'écoutait.

Pourtant M. Truphème, qui ne cessait de méditer le mystère du Christ de l'Océan, fut frappé de ce que
venait de dire le pauvre insensé. Il se rendit avec le bedeau et deux fabriciens à l'endroit où l'enfant disait

avoir vu une croix, et il y trouva deux planches garnies de clous, que la mer avait longtemps roulées et

qui vraiment formaient une croix.

C'étaient les épaves d'un ancien naufrage. On distinguait encore sur une de ces planches deux lettres
peintes en noir, un J. et un L., et l'on ne pouvait douter que ce ne fût un débris de la barque de Jean

Lenoël, qui, cinq ans auparavant, avait péri en mer avec son fils Désiré.

A cette vue, le bedeau et les fabriciens se mirent à rire de l'innocent. qui prenait les ais rompus d'un
bateau pour la croix de Jésus-Christ. Mais M. le curé Truphème arrêta leurs moqueries. Il avait beaucoup

médité et beaucoup prié depuis la venue parmi les pêcheurs du Christ de l'Océan, et le mystère de la

charité infinie commençait à lui apparaître. Il s'agenouilla sur le sable, récita l'oraison pour les fidèles

défunts, puis il ordonna aux bedeaux et aux fabriciens de porter cette épave sur leurs épaules et de la

déposer dans l'église. Quand ce fut fait, il souleva le Christ de dessus l'autel, le posa sur le planches de la

barque et l'y cloua lui-même, avec les clous que la mer avait rongés.

Par son ordre, cette croix prit, dès le lendemain, au-dessus du banc d'oeuvre, la place de la croix d'or et
de pierreries. Le Christ de l'Océan ne s'en est jamais détaché. Il a voulu rester sur ce bois où des hommes

sont morts en invoquant son nom et le nom de sa mère. Et là, entrouvrant sa bouche auguste et

douloureuse, il semble dire: "Ma croix est faite de toutes les souffrances des hommes, car je suis

véritablement le Dieu des pauvres et des malheureux."

JEAN MARTEAU

I

UN REVE

Comme on parlait du sommeil et des songes, Jean Marteau dit qu'un rêve avait laissé une impression
ineffaçable dans son cerveau.

< page précédente | 55 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.