bibliotheq.net - littérature française
 

Anatole France - Crainquebille, Putois, Riquet et plusieurs autres récits profitables

humaines étaient suspendues sur la tête de Crainquebille. Il en conçut une juste terreur. N'ayant point
l'esprit philosophique, il ne se demanda pas ce que voulaient dire ce buste et ce crucifix et il ne rechercha

pas si Jésus et Marianne, au Palais, s'accordaient ensemble. C'était pourtant matière à réflexion, car enfin

la doctrine pontificale et le droit canon sont opposés, sur bien des points, à la Constitution de la

République et au Code civil. Les Décrétales n'ont point été abolies, qu'on sache. L'Église du Christ

enseigne comme autrefois que seuls sont légitimes les pouvoirs auxquels elle a donné l'investiture. Or, la

République française prétend encore ne pas relever de la puissance pontificale. Crainquebille pouvait dire

avec quelque raison:

"Messieurs les juges, le président Loubet n'étant pas oint, ce Christ, pendu sur vos têtes, vous récuse par
l'organe des conciles et des papes. Ou il est ici pour vous rappeler les droits de l'Église, qui infirment les

vôtres, ou sa présence n'a aucune signification raisonnable."

A quoi le président Bourriche aurait peut-être répondu:

"Inculpé Crainquebille, les rois de France ont toujours été brouillés avec le pape. Guillaume de Nogaret
fut excommunié et ne se démit pas de ses charges pour si peu. Le Christ du prétoire n'est pas le Christ de

Grégoire VII et de Boniface VIII. C'est, si vous voulez, le Christ de l'Évangile, qui ne savait pas un mot

de droit canon et n'avait jamais entendu parler des sacrées Décrétales."

Alors il était loisible à Crainquebille de répondre:

"Le Christ de l'Évangile était un bousingot. De plus, il subit une condamnation que, depuis dix-neuf cents
ans, tous les peuples chrétiens considèrent comme une grave erreur judiciaire. Je vous défie bien,

monsieur le président, de me condamner, en son nom, seulement à quarante-huit heures de prison."

Mais Crainquebille ne se livrait à aucune considération historique, politique ou sociale. Il demeurait dans
l'étonnement. L'appareil dont il était environné lui faisait concevoir une haute idée de la justice. Pénétré

de respect, submergé d'épouvante, il était prêt à s'en rapporter aux juges sur sa propre culpabilité. Dans sa

conscience, il ne se croyait pas criminel ; mais il sentait combien c'est peu que la conscience d'un

marchand de légumes devant les symboles de la loi et les ministres de la vindicte sociale. Déjà son

avocat l'avait à demi persuadé qu'il n'était pas innocent.

Une instruction sommaire et rapide avait relevé les charges qui pesaient sur lui.

II. L'AVENTURE DE CRAINQUEBILLE

Jérôme Crainquebille, marchand des quatre-saisons, allait par la ville, poussant sa petite voiture et criant:
Des choux, des navets, des carottes! Et, quand il avait des poireaux, il criait: Bottes d'asperges! parce que

les poireaux sont les asperges du pauvre. Or, le 20 octobre, à l'heure de midi, comme il descendait la rue

Montmartre, Mme Bayard, la cordonnière A l'Ange gardien, sortit de sa boutique et s'approcha de la

voiture légumière. Soulevant dédaigneusement une botte de poireaux:

"Ils ne sont guère beaux, vos poireaux. Combien la botte?

- Quinze sous, la bourgeoise. Y a pas meilleur.

- Quinze sous, trois mauvais poireaux?"

Et elle rejeta la botte dans la charrette, avec un geste de dégoût.

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.