bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Tartarin sur les Alpes

en attendant que son ossuaire s'enrichît des restes de l'accident, le Suédois et ses guides, revenus de leur
expédition, se mettaient à la recherche de l'infortun Tartarin avec des cordes, des échelles, tout l'attirail

d'un sauvetage, hélas! infructueux. Bompard, resté comme ahuri, ne pouvait fournir aucun indice précis

ni sur le drame ni sur l'endroit où il avait eu lieu. On trouva seulement au Dôme du Goûter un bout de

corde resté dans une anfractuosité de glace. Mais cette corde, chose singulière, était coupée aux deux

bouts comme avec un instrument tranchant; les journaux de Chambéry en donnèrent un facsimilé. Enfin,

après huit jours de courses, de consciencieuses recherches, quand on eut la conviction que le pauvre

présid_ain était introuvable, perdu sans retour, les délégués désespérés prirent le chemin de Tarascon,

ramenant Bompard dont le cerveau ébranlé gardait la trace d'une terrible secousse.

«Ne me parlez pas de ça, répondait-il quand il était question du sinistre, ne m'en parlez jamais!

Décidément le Mont-Blanc comptait une victime de plus, et quelle victime!

XIV. ÉPILOGUE

D'endroit plus impressionnable que Tarascon, il ne s'en est jamais vu sous le soleil d'aucun pays. Parfois,
en plein dimanche de fête, toute la ville dehors, les tambourins en rumeur, le Cours grouillant et

tumultueux, émaillé de jupes vertes, rouges, de fichus arlésiens, et, sur de grandes affiches multicolores,

l'annonce des luttes pour hommes et demi-hommes, des courses de taureaux camarguais, il suffit d'un

farceur criant: «Au chien fou!...» ou bien: «Un boeuf échappé!...» et l'on court, on se bouscule, on

s'effare, les portes se ferment de tous leurs verrous, les persiennes claquent comme par un orage, et voilà

Tarascon désert, muet, sans un chat, sans un bruit, les cigales elles-mêmes blotties et attentives.

C'était l'aspect de ce matin-là qui n'était pourtant ni fête ni dimanche: les boutiques closes, les maisons
mortes, places et placettes comme agrandies par le silence et la solitude. «Vasta silentio», dit Tacite

décrivant Rome aux funérailles de Germanicus, et la citation de sa Rome en deuil s'appliquait d'autant

mieux à Tarascon qu'un service funèbre pour l'âme de Tartarin se disait en ce moment la métropole où la

population en masse pleurait son héros, son dieu, son invincible à doubles muscles resté dans les glaciers

du Mont-Blanc.

Or, pendant que le glas égrenait ses lourdes notes sur les rues désertes, Mlle Tournatoire, la soeur du
médecin, que son mauvais état de santé retenait toujours à la maison, morfondue dans son grand fauteuil

contre la vitre, regardait dehors en écoutant les cloches. La maison des Tournatoire se trouve sur le

chemin d'Avignon, presque en face celle de Tartarin, et la vue de ce logis illustre dont le locataire ne

devait plus revenir, la grille pour toujours fermée du jardin, tout, jusqu'aux boîtes à cirage des petits

savoyards alignées près de la porte, gonflait le coeur de la pauvre demoiselle infirme qu'une passion

secrète dévorait depuis plus de trente ans pour le héros tarasconnais. O mystères d'un coeur de vieille

fille! C'était sa joie de le guetter passer à des heures régulières, de se dire: «O va-t-il?...» de surveiller les

modifications de sa toilette, qu'il s'habillât en alpiniste ou revêtit sa jaquette vert-serpent. Maintenant, elle

ne le verrait plus; et cette consolation même lui manquait d'aller prier pour lui avec toutes les dames de la

ville.

Soudain la longue tête de cheval blanc de Mlle Tournatoire se colora légèrement; ses yeux déteints,
bordés de rose, se dilatèrent d'une manière considérable pendant que sa maigre main aux rides saillantes

esquissait un grand signe de croix... Lui, c'était lui longeant les murs de l'autre côté de la chaussée...

D'abord elle crut à une apparition hallucinante... Non, Tartarin lui-même, en chair et en os, seulement

pâli, piteux, loqueteux, longeant les murs comme un pauvre ou comme un voleur. Mais pour expliquer sa

< page précédente | 87 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.