bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Tartarin sur les Alpes

L'élève bêle sans oser lever les yeux:

«Maî-aî-aître...» Celui-là aussi le reniait.

«C'est bien, dit le héros solennel et fâché, je partirai seul, j'aurai tout l'honneur... Zou!
rendez-moi la bannière...

XII. L'HOTEL BALTET A CHAMONIX. - ÇA SENT L'AIL! - DE L'EMPLOI DE LA CORDE
DANS LES COURSES ALPESTRES. - SHAKE HANDS! - UN ÉLÈVE DE SCHOPENHAUER. - A

LA HALTE DES GRANDS-MULETS. - «TARTARIN, IL FAUT QUE JE VOUS PARLE...

Le clocher de Chamonix sonnait neuf heures dans un soir frissonnant de bise et de pluie froides; toutes
les rues noires les maisons éteintes, sauf de place en place la façade et les cours des hôtels où le gaz

veillait, faisant les alentours encore plus sombres dans le vague reflet de la neige des montagnes, d'un

blanc de planète sur la nuit du ciel.

A l'hôtel Baltet, un des meilleurs et des plus fréquentés du village alpin, les nombreux voyageurs et
pensionnaires ayant disparu peu a peu, harassés des excursions du jour, il ne restait au grand salon qu'un

pasteur anglais jouant aux dames silencieusement avec son épouse, tandis que ses innombrables

demoiselles en tabliers écrus bavettes s'activaient à copier des convocations au prochain service

évangélique, et qu'assis devant la cheminée où brûlait un bon feu de bûches, un jeune Suédois, creusé,

décoloré, regardait la flamme d'un air morne, en buvant des grogs au kirsch et à l'eau de seltz. De temps

en temps un touriste attardé traversait le salon, guêtres trempées, caoutchouc ruisselant, allait à un grand

baromètre pendu sur la muraille, le tapotait, interrogeait le mercure pour le temps du lendemain et s'allait

coucher consterné. Pas un mot, pas d'autres manifestations de vie que le pétillement du feu, le grésil aux

vitres et le roulement colère de l'Arve sous les arches de son pont de bois, à quelques mètres de l'hôtel.

Tout à coup le salon s'ouvrit, un portier galonné d'argent entra chargé de valises, de couvertures, avec
quatre alpinistes grelottants, saisis par le subit passage de la nuit et du froid à la chaude lumière.

«Bondiou! Quel temps...

- A manger, zou!

- Bassinez les lits, qué!

Ils parlaient tous ensemble du fond de leur cache-nez, passe-montagne, casquettes à oreilles, et l'on ne
savait auquel entendre, quand un petit gros qu'ils appelaient le présidain leur imposa silence en

criant plus fort qu'eux.

«D'abord le livre des étrangers!» commanda-t-il; et le feuilletant d'une main gourde, il lisait à haute voix
les noms des voyageurs qui, depuis huit jours, avaient traversé l'hôtel: «Docteur Schwanthaler et

madame... Encore!... Astier-Réhu, de l'Académie française...» Il en déchiffra deux ou trois pages,

pâlissant quand il croyait voir un nom ressemblant à celui qu'il cherchait; puis, à la fin, le livre jeté sur la

table avec un rire de triomphe, le petit homme fit une gambade gamine, extraordinaire pour son corps

replet: «Il n'y est pas, vé! il n'est pas venu... C'est bien ici pas moins qu'il devait descendre.

Enfoncé Costecalde..._lagadigadeou!...vite à la soupe, mes enfants!...» Et le bon Tartarin, ayant salué les

dames, marcha vers la salle à manger, suivi de la délégation affamée et tumultueuse.

Eh oui! la délégation, tous, Bravida lui-même... Est-ce que c'était possible, allons!... Qu'aurait-on dit,

< page précédente | 73 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.