bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Tartarin sur les Alpes

tremblants de l'effort, Tartarin dut leur passer sa gourde de kirsch pour raffermir leurs jambes. Lui
paraissait dispos et calme, et tout en se secouant, battant la semelle en mesure, il fredonnait au nez des

guides ébahis.

«Brav... brav... Franzose...» disait Kaufmann lui tapant sur l'épaule; et Tartarin avec son beau rire:

«Farceur, je savais bien qu'il n'y avait pas de danger...

De mémoire de guide, on n'avait vu un alpiniste pareil.

Ils se remirent en route, grimpant à pic une sorte de mur de glace gigantesque de six à huit cents mètres
où l'on creusait les degrés mesure, ce qui prenait beaucoup de temps. L'homme de Tarascon commençait

à se sentir à bout de forces sous le brillant soleil que réverbérait toute la blancheur du paysage, d'autant

plus fatigante pour ses yeux qu'il avait laissé ses lunettes dans le gouffre. Bientôt une affreuse défaillance

le saisit, ce mal des montagnes qui produit les mêmes effets que le mal de mer. Éreinté, la tête vide, les

jambes molles, il manquait les pas et ses guides durent l'empoigner, chacun d'un côté, comme la veille, le

soutenant, le hissant jusqu'en haut du mur de glace. Alors cent mètres à peine les séparaient du sommet

de la Jungfrau; mais, quoique la neige se fit dure et résistante, le chemin plus facile, cette dernière étape

leur prit un temps interminable, la fatigue et la suffocation du P. C. A. augmentant toujours.

Tout à coup les montagnards le lâchèrent et, agitant leurs chapeaux, se mirent à yodler avec
transport. On était arrivé. Ce point dans l'espace immaculé, cette crête blanche un peu arrondie, c'était le

but, et pour le bon Tartarin la fin de la torpeur somnambulique dans laquelle il vaguait depuis une heure.

«Scheideck! Scheideck!» criaient les guides lui montrant tout en bas, bien loin, sur un plateau de verdure
émergeant des brumes de la vallée, l'hôtel Bellevue guère plus gros qu'un dé à jouer.

De là jusque vers eux s'étalait un panorama admirable, une montée de champs de neige dorés, orangés
par le soleil, ou d'un bleu profond et froid, un amoncellement de glaces bizarrement structurées en tours,

en flèches, en aiguilles, arêtes, bosses gigantesques, à croire que dormait dessous le mastodonte ou le

mégathérium disparus. Toutes les teintes du prisme s'y jouaient, s'y rejoignaient dans le lit de vastes

glaciers roulant leurs cascades immobiles, croisées avec d'autres petits torrents figés dont l'ardeur du

soleil liquéfiait les surfaces plus brillantes et plus unies. Mais à la grande hauteur, cet étincellement se

calmait, une lumière flottait, écliptique et froide, qui faisait frissonner Tartarin autant que la sensation de

silence et de solitude de tout ce blanc désert aux replis mystérieux.

Un peu de fumée, de sourdes détonations montèrent de l'hôtel. On les avait vus, on tirait le canon en leur
honneur, et la pensée qu'on le regardait, que ses alpinistes étaient là, les misses, Riz et Pruneaux illustres,

avec leurs lorgnettes braquées, rappela Tartarin à la grandeur de sa mission. Il t'arracha des mains du

guide, ô bannière tarasconnaise, te fit flotter deux ou trois fois; puis, enfonçant son piolet dans la neige,

s'assit sur le fer de la pioche, bannière au poing, superbe, face au public. Et, sans qu'il s'en aperçût, par

une de ces répercussions spectrales fréquentes aux cimes, pris entre le soleil et les brumes qui s'élevaient

derrière lui, un Tartarin gigantesque se dessina dans le ciel, élargi et trapu, la barbe hérissée hors du

passe-montagne, pareil à un de ces dieux Scandinaves que la légende se figure trônant au milieu des

nuages.

XI. ROUTE POUR TARASCON! - LE LAC DE GENÈVE. - TARTARIN PROPOSE UNE
VISITE AU CACHOT DE BONNIVARD. - COURT DIALOGUE AU MILIEU DES ROSES. - TOUTE

LA BANDE SOUS LES VERROUS. - L'INFORTUNÉ BONNIVARD. - OÙ SE RETROUVE UNE

< page précédente | 65 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.