bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Tartarin sur les Alpes

dans une fumée de poussière, tandis que, sur les branches, tout un tremblement de cigales faisait aller ses
petites crécelles comme en plein jour.

Entendant cela, Costecalde, qui s'était approché d'une croisée avec tous les autres, revint vers son fauteuil
en chancelant.

« Costecalde, dit quelqu'un... Qu'est-ce qu'il a?... Comme il est jaune!

On s'élança; déjà le terrible Tournatoire tirait sa trousse, mais l'armurier, tordu par le mal, en une grimace
horrible, murmurait ingénument:

«Rien... rien,., laissez-moi... Je sais ce que c'est... c'est l'envie!

Pauvre Costecalde, il avait l'air de bien souffrir.

Pendant que se passaient ces choses, à l'autre bout du Tour de ville, dans la pharmacie de la placette,
l'élève de Bézuquet, assis au bureau du patron, collait patiemment et remettait bout à bout les fragments

oubliés par le pharmacien au fond de la corbeille; mais de nombreux morceaux échappaient à la

reconstruction, car voici l'énigme singulière et farouche, étalée devant lui, assez pareille à une carte de

l'Afrique centrale, avec des manques, des blancs de terra incognita, qu'explorait dans la terreur

l'imagination du naïf porte-bannière:

fou d'amour
lampe à chalum conserves de Chicago

peux pas m'arrach nihiliste

à mort condition abom en échange

de son Vous me connaissez, Ferdi

savez mes idées libérales,

mais de là au tsaricide

rribles conséquences

Sibérie pendu l'adore

Ah! serrer ta main loya

Tar Tar

VIII. DIALOGUE MÉMORABLE ENTRE LA JUNGFRAU ET TARTARIN. - UN SALON
NIHILISTE. - LE DUEL AU COUTEAU DE CHASSE. - AFFREUX CAUCHEMAR. - «C'EST MOI

QUE VOUS CHERCHEZ, MESSIEURS?» - ÉTRANGE ACCUEIL FAIT PAR L'HOTELIER MEYER

A LA DÉLÉGATION TARASCONNAISE.

Comme tous les hôtels chics d'Interlaken, l'hôtel Jungfrau, tenu par Meyer, est situé sur le Hoeheweg,
large promenade à la double allée de noyers qui rappelait vaguement à Tartarin son cher Tour de ville,

moins le soleil, la poussière et les cigales; car, depuis une semaine de séjour, la pluie n'avait cessé de

tomber.

Il habitait une très belle chambre avec balcon, au premier étage; et le matin, faisant sa barbe devant la
petite glace à main pendue à la croisée, une vieille habitude de voyage, le premier objet qui frappait ses

yeux par delà des blés, des luzernes, des sapinières, un cirque de sombres verdures étagées, c'était la

Jungfrau sortant des nuages sa cime en corne, d'un blanc pur de neige amoncelée, où s'accrochait

toujours le rayon furtif d'un invisible levant. Alors entre l'Alpe rose et blanche et l'Alpiniste de Tarascon,

< page précédente | 47 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.