bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Petit Chose

luire dans la lumière les dômes, les flèches, les tours; puis tout à coup, le bruit de la ville montant jusqu'à
moi, il me vint je ne sais quelle folle envie de plonger, de me rouler dans ce bruit, dans cette foule, dans

cette vie, dans ces passions, et je me dis avec ivresse:

«Allons voir Paris!»

IV. LA DISCUSSION DU BUDGET

Ce jour-là plus d'un Parisien a dû dire en rentrant chez lui, le soir, pour se mettre à table: «Quel singulier
petit bonhomme j'ai rencontré aujourd'hui!» Le fait est qu'avec ses cheveux trop longs, son pantalon trop

court, ses caoutchoucs, ses bas bleus, son bouquet départemental et cette solennité de démarche

particulière à tous les êtres trop petits, le petit Chose devait être tout à fait comique.

C'était justement une journée de la fin de l'hiver, une de ces journées tièdes et lumineuses, qui, à Paris,
souvent sont plus le printemps que le printemps lui-même. Il y avait beaucoup de monde dehors. Un peu

étourdi par le va-et-vient bruyant de la rue, j'allais devant moi, timide, et le long des murs. On me

bousculait, je disais «pardon!» et je devenais tout rouge. Aussi je me gardais bien de m'arrêter devant les

magasins et, pour rien au monde, je n'aurais demandé ma route. Je prenais une rue, puis une autre,

toujours tout droit. On me regardait. Cela me gênait beaucoup. Il y avait des gens qui se retournaient sur

mes talons et des yeux qui riaient en passant près de moi; une fois j'entendis une femme dire à une autre:

«Regarde donc celui-là.» Cela me fit broncher... Ce qui m'embarrassait beaucoup aussi, c'était l'oeil

inquisiteur des sergents de ville. A tous les coins de rue, ce diable d'oeil silencieux se braquait sur moi

curieusement; et, quand j'avais passé, je le sentais encore qui me suivait de loin et me brûlait dans le dos.

Au fond, j'étais un peu inquiet.

Je marchai ainsi près d'une heure, jusqu'à un grand boulevard planté d'arbres grêles. Il y avait là tant de
bruit, tant de gens, tant de voitures, que je m'arrêtai presque effrayé.

«Comment me tirer d'ici? pensai-je en moi-même. Comment rentrer à la maison? Si je demande le
clocher de Saint-Germain-des-Prés, on se moquera de moi. J'aurai l'air d'une cloche égarée qui revient de

Rome, le jour de Pâques.»

Alors, pour me donner le temps de prendre un parti, je m'arrêtai devant les affiches de théâtre, de l'air
affairé d'un homme qui fait son menu de spectacles pour le soir. Malheureusement les affiches, fort

intéressantes d'ailleurs, ne donnaient pas le moindre renseignement sur le clocher de Saint-Germain, et je

risquais fort de rester là jusqu'au grand coup de trompette du jugement dernier, quand soudain ma mère

Jacques parut à mes côtés. Il était aussi étonné que moi.

«Comment! c'est toi, Daniel! Que fais-tu là, bon Dieu?»

Je répondis d'un petit air négligent:

«Tu vois! je me promène.»

Ce bon garçon de Jacques me regardait avec admiration:

«C'est qu'il est déjà Parisien, vraiment!»

Au fond, j'étais bien heureux de l'avoir, et je m'accrochai à son bras avec une joie d'enfant, comme à
Lyon, quand M. Eyssette père était venu nous chercher sur le bateau.

< page précédente | 73 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.