bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Petit Chose

«Daniel, dit-elle, il faudra faire venir ta mère à Paris... La pauvre chère femme s'ennuie loin de ses
enfants; et puis, tu comprends! c'est une charge pour nous, et ton oncle ne peut pas toujours être la

vache à lait
de la famille.

- Le fait est, dit l'oncle Baptiste, la bouche pleine, que je suis la vache à lait...» Cette expression
de vache à lait l'avait ravi, et il la répéta plusieurs fois avec la même gravité...

Le dîner fut long, comme entre vieilles gens. Ma mère mangeait peu, m'adressait quelques paroles et me
regardait à la dérobée; ma tante la surveillait.

«Vois ta soeur! disait-elle à son mari, la joie de retrouver Daniel lui coupe l'appétit. Hier elle a pris deux
fois du pain, aujourd'hui une fois seulement.»

Ah! chère Mme Eyssette, comme j'aurais voulu vous emporter ce soir-là, comme j'aurais voulu vous
arracher à cette impitoyable vache à lait et à son épouse; mais, hélas! je m'en allais au hasard

moi-même, ayant juste de quoi payer ma route, et je pensais bien que la chambre de Jacques n'était pas

assez grande pour nous tenir tous les trois. Encore si j'avais pu vous parler, vous embrasser à mon aise;

mais non! On ne nous laissa pas seuls une minute... Rappelez-vous: tout de suite après dîner, l'oncle se

remit à sa grammaire espagnole, la tante essuyait son argenterie, et tous deux ils nous épiaient du coin de

l'oeil... L'heure du départ arriva, sans que nous eussions rien pu nous dire.

Aussi le petit Chose avait le coeur bien gros, quand il sortit de chez l'oncle Baptiste; et en s'en allant, tout
seul, dans l'ombre de la grande avenue qui mène au chemin de fer, il se jura deux ou trois fois très

solennellement de se conduire désormais comme un homme et de ne plus songer qu'à reconstruire le

foyer.

DEUXIÈME PARTIE

I. MES CAOUTCHOUCS

Quand je vivrais aussi longtemps que mon oncle Baptiste, lequel doit être à cette heure aussi vieux qu'un
vieux baobab de l'Afrique centrale, jamais je n'oublierai mon premier voyage à Paris en wagon de

troisième classe.

C'était dans les derniers jours de février; il faisait encore très froid. Au-dehors, un ciel gris, le vent, le
grésil, les collines chauves, des prairies inondées, de longues rangées de vignes mortes; au-dedans des

matelots ivres qui chantaient, de gros paysans qui dormaient la bouche ouverte comme des poissons

morts, de petites vieilles avec leurs cabas, des enfants, des puces, des nourrices, tout l'attirail du wagon

des pauvres avec son odeur de pipe, d'eau-de-vie, de saucisse à l'ail et de paille moisie. Je crois y être

encore.

En partant, je m'étais installé dans un coin, près de la fenêtre, pour voir le ciel; mais, à deux lieues de
chez nous, un infirmier militaire me prit ma place, sous prétexte d'être en face de sa femme, et voilà le

petit Chose, trop timide pour oser se plaindre, condamné à faire deux cents lieues entre ce gros vilain

homme qui sentait la graine de lin et un grand tambour-major de Champenoise qui, tout le temps, ronfla

sur son épaule.

Le voyage dura deux jours. Je passai ces deux jours à la même place, immobile entre mes deux
bourreaux, la tête fixe et les dents serrées. Comme je n'avais pas d'argent ni de provisions, je ne mangeai

rien de toute la route. Deux jours sans manger, c'est long! Il me restait bien encore une pièce de quarante

sous, mais je la gardais précieusement pour le cas où, en arrivant à Paris, je ne trouverais pas l'ami

Jacques à la gare, et malgré la faim j'eus le courage de n'y pas toucher. Le diable c'est qu'autour de moi

< page précédente | 64 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.