bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Petit Chose

«Est-ce vous, père? Est-ce bien vous?

- Oui, mon Daniel; oui, mon cher enfant, c'est moi

- Où suis-je donc?

- A l'infirmerie, depuis huit jours...; maintenant tu es guéri, mais tu as été bien malade...

- Mais vous, mon père, comment êtes-vous là? Embrassez-moi donc encore!... Oh! tenez! de vous voir, il
me semble que je rêve toujours.»

M. Eyssette père l'embrasse:

«Allons! couvre-toi, sois sage... Le médecin ne veut pas que tu parles.»

Et pour empêcher l'enfant de parler, le brave homme parle tout le temps.

«Figure-toi qu'il y a huit jours, la Compagnie vinicole m'envoie faire une tournée dans les Cévennes. Tu
penses si j'étais content: une occasion de voir mon Daniel! J'arrive au collège... On t'appelle, on te

cherche... Pas de Daniel. Je me fais conduire à ta chambre: la clef était en dedans... Je frappe: personne.

Vlan! j'enfonce ta porte d'un coup de pied, et je te trouve là, par terre, avec une fièvre de cheval!... Ah!

pauvre enfant, comme tu as été malade! Cinq jours de délire! Je ne t'ai pas quitté d'une minute... Tu

battais la campagne tout le temps; tu parlais toujours de reconstruire le foyer. Quel foyer? dis!... Tu

criais: «Pas de clefs! ôtez les clefs des serrures!» Tu ris? Je te jure que je ne riais pas, moi. Dieu! quelles

nuits tu m'as fait passer!... Comprends-tu cela! M. Viot - c'est bien M. Viot, n'est-ce pas? - qui voulait

m'empêcher de coucher dans le collège! Il invoquait le règlement... Ah! bien oui, le règlement! Est-ce

que je le connais, moi, son règlement? Ce cuistre-là croyait me faire peur en me remuant ses clefs sous le

nez. Je l'ai poliment remis à sa place, va!»

Le petit Chose frémit de l'audace de M. Eyssette; puis oubliant bien vite les clefs de M. Viot: «Et ma
mère?» demande-t-il, en étendant ses bras comme si sa mère était là, à portée de ses caresses.

«Si tu te découvres, tu ne sauras rien, répondit M. Eyssette d'un ton fâché. Voyons! couvre-toi... Ta mère
va bien, elle est chez l'oncle Baptiste.

- Et Jacques?

- Jacques? c'est un âne!... Quand je dis un âne, tu comprends, c'est une façon de parler... Jacques est un
très brave enfant, au contraire... Ne te découvre donc pas, mille diables!... Sa position est fort jolie. Il

pleure toujours, par exemple. Mais, du reste, il est très content. Son directeur l'a pris pour secrétaire... Il

n'a rien à faire qu'à écrire sous la dictée... Une situation fort agréable.

- Il sera donc toute sa vie condamné à écrire sous la dictée, ce pauvre Jacques!...»

Disant cela, le petit Chose se met à rire de bon coeur, et M. Eyssette rit de le voir rire, tout en le grondant
à cause de cette maudite couverture qui se dérange toujours...

Oh! bienheureuse infirmerie! Quelles heures charmantes le petit Chose passe entre les rideaux bleus de
sa couchette!... M. Eyssette ne le quitte pas; il reste là tout le jour, assis près du chevet, et le petit Chose

voudrait que M. Eyssette ne s'en allât jamais... Hélas! c'est impossible. La Compagnie vinicole a besoin

de son voyageur. Il faut reprendre la tournée des Cévennes...

< page précédente | 38 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.