bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Petit Chose

ouvrir... J'ai trop pleuré... je n'y vois plus...»

Quoiqu'il voulût s'en défendre, ce rêve l'impressionnait au-delà de la raison. Dès qu'il fermait les yeux, il
revoyait Jacques étendu sur le canapé, et Camille aveugle, devant l'armoire... Tous ces remords, toutes

ces terreurs, le rendaient de jour en jour plus sombre, plus irritable. La créole, de son côté, n'était plus

endurante. D'ailleurs elle sentait vaguement qu'il lui échappait - sans qu'elle sût par où - et cela

l'exaspérait. A tout moment, c'étaient des scènes terribles, des cris, des injures, à se croire dans un bateau

de blanchisseuses.

Elle lui disait: «Va-t'en avec ta Pierrotte, te faire donner des coeurs de sucre.»

Et lui, tout de suite: «Retourne à ton Pacheco te faire fendre la lèvre.»

Elle l'appelait: «Bourgeois!»

Il lui répondait: «Coquine!»

Puis ils fondaient en larmes et se pardonnaient généreusement pour recommencer le lendemain.

C'est ainsi qu'ils vivaient, non! qu'ils croupissaient ensemble, rivés au même fer, couchés dans le même
ruisseau... C'est cette existence fangeuse, ce sont ces heures misérables qui défilent aujourd'hui devant

mes yeux, quand je fredonne le refrain de la Négresse, le bizarre et mélancolique:

Tolocototignan!... Tolocototignan!...

XIII. L'ENLÈVEMENT

C'était un soir, vers neuf heures, au théâtre Montparnasse. Le petit Chose, qui jouait dans la première
pièce, venait de finir et remontait dans sa loge. En montant, il se croisa avec Irma Borel qui allait entrer

en scène. Elle était rayonnante, tout en velours et en guipure, l'éventail au poing comme Célimène.

«Viens dans la salle, lui dit-elle en passant, je suis en train... je serai très belle.»

Il hâta le pas vers sa loge et se déshabilla bien vite. Cette loge, qu'il partageait avec deux camarades, était
un cabinet sans fenêtre, bas de plafond, éclairé au schiste. Deux ou trois chaises de paille formaient

l'ameublement. Le long du mur pendaient des fragments de glace, des perruques défrisées, des guenilles à

paillettes, velours fanés, dorures éteintes; à terre, dans un coin, des pots de rouge sans couvercle, des

houppes à poudre de riz toutes déplumées.

Le petit Chose était là depuis un moment, en train de se désaffubler quand il entendit un machiniste qui
l'appelait d'en bas: «Monsieur Daniel! monsieur Daniel!» Il sortit de sa loge et, penché sur le bois humide

de la rampe, demanda: «Qu'y a-t-il?» Puis, voyant qu'on ne répondait pas, il descendit, tel qu'il était, à

peine vêtu, barbouillé de blanc et de rouge, avec sa grande perruque jaune qui lui tombait sur les yeux.

Au bas de l'escalier, il se heurta contre quelqu'un. «Jacques!» cria-t-il en reculant.

C'était Jacques... Ils se regardèrent un moment, sans parler. A la fin, Jacques joignit les mains et
murmura d'une voix douce, pleine de larmes: «Oh! Daniel!» Ce fut assez. Le petit Chose, remué jusqu'au

fond des entrailles, regarda autour de lui comme un enfant craintif et dit tout bas, si bas que son frère put

à peine l'entendre: «Emmène-moi d'ici, Jacques.»

Jacques tressaillit; et le prenant par la main, il l'entraîna dehors. Un fiacre attendait à la porte; ils y

< page précédente | 125 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.