bibliotheq.net - littérature française
 

Alphonse Daudet - Le Nabab, 2

papiers de l'élection Sarigue volaient éparpillés jusque dans le ruisseau, le Nabab répondit aux sergents
de ville qui lui demandaient son nom pour dresser procès-verbal: «Bernard Jansoulet, député de la

Corse.»

Homme public!

Alors seulement il se souvint qu'il l'était. Qui s'en serait douté à le voir ainsi essoufflé et tête nue comme
un portefaix qui sort d'une rixe, sous les regards avides, railleurs à froid, du rassemblement en train de se

disperser?

XVII. L'APPARITION

Si vous voulez de la passion sincère et sans détour, si vous voulez des effusions, des tendresses, du rire,
de ce rire des grands bonheurs qui confine aux larmes par un tout petit mouvement de bouche, et de la

belle folie de jeunesse illuminée d'yeux clairs, transparents jusqu'au fond des âmes, il y a de tout cela ce

matin dimanche dans une maison que vous connaissez, une maison neuve, là-bas, tout au bout du vieux

faubourg. La vitrine du rez-de-chaussée est plus brillante que d'habitude. Plus allègrement que jamais les

écriteaux dansent au-dessus de la porte, et par les fenêtres ouvertes montent des cris joyeux, un

envolement de bonheur.

«Reçu, il est reçu!... Oh! quelle chance!... Henriette, Élise, arrivez donc... La pièce de M. Maranne est
reçue.»

Depuis hier, André sait la nouvelle. Cardailhac, le directeur des Nouveautés, l'a fait venir pour lui
apprendre qu'on allait monter son drame tout de suite, qu'il serait joué le mois prochain. Ils ont passé la

soirée à parler des décors, de la distribution; et, comme en rentrant du théâtre il était trop tard pour

frapper chez les voisins, l'heureux auteur a guetté le jour dans une impatience fiévreuse, puis dès qu'il a

entendu marcher au-dessous, les persiennes s'ouvrir en claquant sur la façade, il est descendu bien vite

annoncer à ses amis la bonne nouvelle. A présent, les voilà tous réunis, ces demoiselles en gentil

déshabillé, les cheveux tordus à la hâte, et M. Joyeuse que l'événement a surpris en train de faire sa

barbe, montrant sous son bonnet brodé une étonnante figure mi-partie, un côté rasé, l'autre non. Mais le

plus ému, c'est André Maranne, car vous savez ce que la réception de Révolte représente pour lui,

ce dont ils sont convenus avec Bonne Maman. Le pauvre garçon la regarde comme pour chercher dans

ses yeux un encouragement; et les yeux un peu railleurs et bons ont l'air de dire: «Essayez toujours.

Qu'est-ce qu'on risque?» Il regarde aussi, pour se donner du courage, mademoiselle Élise, jolie comme

une fleur, ses grands cils abaissés. Enfin, prenant son parti:

«Monsieur Joyeuse, dit-il d'une voix étranglée, j'ai une communication très grave à vous faire.»

M. Joyeuse s'étonne:

«Une communication?... Ah! mon Dieu, vous m'effrayez!...»

Et, baissant la voix, lui aussi:

«Est-ce que ces demoiselles sont de trop?»

Non. Bonne Maman sait ce dont il s'agit. Mademoiselle Élise doit aussi s'en douter. Ce sont seulement
les enfants... Mademoiselle Henriette et sa soeur sont priées de se retirer, ce qu'elles font aussitôt, l'une

d'un air majestueux et vexé, en vraie fille des Saint-Amand, l'autre, la jeune Chinoise Yaia, avec une folle

< page précédente | 34 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.